Littérature : Tchicaya U’tam’si lauréat du Grand prix des associations littéraires.

Mercredi 18 Février 2015 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Grand prix des associations littéraires (Gpal)  de Yaoundé a récompensé cette année quatre écrivains, parmi lesquels le Congolais Tchicaya U’tam’si dans la catégorie Grand prix de la mémoire. Plusieurs essayistes et écrivains camerounais reconnus avaient été présélectionnés par un jury. Quarante auteurs et vingt-sept associations ont pris part à cette édition.

E effet, parmi les lauréats de cette année, l'on peut citer : grand Prix de la Mémoire: Tchicaya U’ Tamsi, écrivain congolais ; grand Prix de la Recherche: "Le système africain de protection des droits de l'Homme: un système en quête de cohérence", d'Hermine Kembo Takam Gatsing ; grand Prix des belles-Lettres: "La'afal. Ils ont dit...", de Charles Salé ; grand Prix des Mécènes: Guillaume Oyono Mbia.

Signalons que Tchicaya U Tam'si,  est un écrivain congolais né en 1931 et décédé en 1988. Fils de Jean-Félix Tchicaya, qui représenta l'Afrique équatoriale au parlement français, de 1944 à 1958. Il est considéré comme l'un des grands poètes du continent africain. À 24 ans, il publie son premier recueil Le Mauvais sang, inspiré de Rimbaud, et il est unanimement considéré comme le poète africain le plus doué de sa génération. Sa voix, qui pourtant refuse de s'associer aux chantres de la Négritude, demeure la plus importante qui se soit révélée depuis celle d'Aimé Césaire.

En 1960, au moment des indépendances africaines, il retourne dans son pays, il met sa plume au service de Patrice Lumumba, mais celui-ci est assassiné ; cela le convainc de partir. Son écriture s'inscrit dans la décolonisation et la lutte contre le racisme et les discriminations, sans pour autant faire partie du mouvement de la Négritude.

Hermione Désirée Ngoma