Transport : le port de Brazzaville et ports secondaires sur une mauvaise pente

Samedi 17 Juin 2017 - 18:01

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’un des maillons importants de la chaîne nationale des transports, le Port autonome de Brazzaville et ports secondaires (PABPS) connaît une situation préoccupante, a alerté le 16 juin dans la capitale, le directeur général de cette structure, Pierre Bossoto.

 « La tenue ce jour de la session bilancielle du conseil d’administration de notre entité me donne l’occasion de tirer la sonnette d’alarme, car les moments sont plus que difficiles. La situation du PABPS est devenue très préoccupante », a-t-il lancé.

Le PABPS connaît une baisse de trafic, assortie d’une chute drastique du chiffre d’affaires. L’ensablement des chenaux d’accès au Beach et au port public de Brazzaville risque, si l’on n’y prend garde, de rendre le débarcadère fluvial inaccessible.

Les travaux de réhabilitation entrepris au port de Brazzaville ont été suspendus depuis juillet 2016 à cause du non-paiement. Alors que ceux-ci devraient permettre d’équiper et de moderniser les installations portuaires.

À cela, il sied d’ajouter le vieillissement des cadres, l’arrêt de l’audit des ressources humaines et d’importantes dettes fiscales et sociales que cumule cette entreprise publique, dotée d’une autonomie de gestion.

« Cependant, l’espoir est toujours permis avec la construction du nouveau port d’Oyo, la livraison imminente au port de Brazzaville de quatre grues financées par l’Union européenne (UE)», a estimé Pierre Bossoto.

En décembre dernier, le budget du PABPS exercice 2017 a été adopté à la somme de 2.127.010.000 francs CFA en produits contre 2.117.995.593 francs CFA en charges par les membres de son conseil d’administration.

Au cours du conseil d’administration bilanciel, les administrateurs ont demandé la synergie des compétences, en vue d’améliorer la situation du PABPS. Ils ont renvoyé le projet d’adoption de la convention de location avec Socotrans en attendant son enrichissement par les commissaires aux comptes.

Intervenant à l’ouverture des travaux, le président du conseil d’administration du PABPS, Jean Louis Osso, a souligné que le ralentissement de l’économie se ressentait à travers la chaîne des transports.

« Les documents soumis à notre attention indiquent, au titre de l’année 2016, une baisse de trafic des marchandises et une relative hausse de trafic des passagers par rapport aux prévisions », a-t-il déclaré, invitant les administrateurs à trouver des solutions à la situation du PABPS.  

 

  

 

 

Christian Brice Elion

Notification: 

Non