Journée mondiale de la Poste : la Sopéco veut libérer son potentiel commercial

Jeudi 11 Octobre 2018 - 18:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Célébrant l'événement le 9 octobre, à Brazzaville, la société a organisé un focus sur le thème « L’e-commerce au cœur de la poste », afin d’explorer, avec les acteurs des secteurs connexes, des pistes pour asseoir une nouvelle dynamique de l’activité postale à l’ère du numérique.

L’activité a été rehaussé de la présence du ministre des Postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo, et de l’ambassadeur des Etats-Unis au Congo, Todd P. Haskell. Plusieurs directeurs généraux et représentants des sociétés publiques et privées ainsi que d’entrepreneurs dans le secteur du numérique et du marketing digital ont pris part à la matinée ponctuée de présentations et de discussions constructives.

Au cœur des échanges, l’accompagnement de la poste congolaise dans son projet engagé du commerce électronique. Parce que l’ensemble des postes du monde est confronté à la baisse des services liés au courrier, il apparaÏt donc que le commerce électronique représente un des nouveaux moteurs de croissance de la Poste congolaise.

La Société des postes et de l'épargne du Congo (Sopéco) a, en effet, engagé un vaste programme de numérisation de ses services, a expliqué sa directrice générale, Ludovique Mbossa. Avec un site internet capable de permettre désormais le suivi électronique du colis et procéder à distance à d’autres opérations de routine, la poste souhaite, à l’instar de ses consœurs, devenir la plaque tournante du commerce électronique au Congo.

« Grâce à une chaîne logistique résiliente qui intègre la sécurité transfrontalière et les facilités de dédouanement, la poste constitue un des guichets pour les échanges. Les petites et moyennes entreprises qui veulent s’implanter sur les marchés internationaux peuvent se tourner vers la poste comme un moyen facile et abordable d’exporter », a souligné Léon Juste Ibombo.

Si le défi est réel, l’écosystème du numérique pour asseoir cette politique attend d’être affermi. Plusieurs textes de lois destiné à faciliter l’entrée matériel du e-business sont en attente mais seront disponibles dans peu temps, a assuré un cadre de la Direction générale du développement du numérique.

Surfer sur le modèle américain du e-commerce

Ce n’est pas un hasard si l’ambassadeur des Etats-Unis au Congo, Tod P. Haskell, a soutenu l’événement à travers son institution. Saluant l’histoire de la coopération postale entre les deux pays, le diplomate a indiqué que son mandat est en priorité destiné à la promotion du commerce et des investissements entre les Etats-Unis et le Congo.

« Je pense que nos deux pays bénéficieront grandement de l’expansion du commerce bilatéral dans le domaine du commerce électronique », a souligné Todd P. Haskell. « Le Congo compte également un nombre croissant de consommateurs qui exigent l’accès à des produits américains de haute qualité ainsi que des producteurs dynamiques capables de fournir les produits que des consommateurs américains souhaitent acheter », a fait savoir le diplomate, convaincu qu’il faut aider la poste à atteindre ses objectifs.

L’économie des Etats-Unis, en effet, est la première au monde en termes d’activités de commerce électronique et d’innovation technologique. Pour le chef de mission adjoint de l’ambassade des Etats-Unis au Congo, Matthew Cassatta, prenant part aux échanges, « il n’y a aucun doute que l’un des chemins à suivre pour libérer le potentiel commercial c’est à travers le commerce numérique ». Soutenant son propos en citant les exemples des sites comme eBay, il a néanmoins relevé des défis à surmonter comme l’accès à un internet de haut débit, un service postal efficace et fiable et l’accès aux technologies facilitant les paiements en ligne.

Ce dernier point a, d’ailleurs, fait l’objet de vives interventions notamment chez les entrepreneurs initiateurs d’applications d’e-commerce. Ils évoquent d’énormes difficultés dans les paiements électroniques car certaines barrières comme les API des opérateurs de la téléphonie mobile sont encore infranchissables. 

 

 

 

Quentin Loubou

Légendes et crédits photo : 

Léon Juste Ibombo, Tod P. Haskell, Ludovique Mbossa et les participants au focus

Notification: 

Non