Parution : Giscard Kevin Dessinga publie "Penser l’humain aujourd’hui - Ce siècle sera-t-il, enfin, le siècle de l’homme ? "

Jeudi 11 Octobre 2018 - 20:36

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Edité ce mois d' octobre par L’Harmattan–Paris, le livre écrit avec des mots simples, de chaque jour, a été préfacé par Charles Zacharie Bowao, et postfacé par Emile Michel Mankessi.  Il s’inscrit dans la collection ouverture philosophique.  

L'ouvrage du Dr Giscard Kevin Dessinga veut proposer à l’homme d’aujourd’hui les chemins de la liberté, mieux les principes d’une vie normale. Il s’agit du rêve d’une vie différente de l'actuelle. Une espèce, en fin de compte, de « Principe humanité » aujourd’hui et pour aujourd’hui.

Comment être pleinement homme et humain à une époque où le relativisme, la précarité, la rupture et la déconstruction sont devenus des catégories interprétatives et explicatives de la vie, de l’histoire, de la culture et surtout de l’actuelle condition humaine ? Cet essai comporte trois moments essentiels : d’abord, une brève synthèse du processus de démolition de la tradition et de la religion par « les maîtres du soupçon » et les propositions d’auto-libération de l’homme par l’homme. Puis une exposition laconique de l’esprit postmoderne entendu comme nouvelle éthique mondiale, enfin une tentative de reconstruction et de reconstitution de l’humain aujourd’hui….

Ce livre fixe un regard perçant sur l’actualité. Alors que le monde n’est encore qu’au début du troisième millénaire, déjà, ce que révèlent la chronique et l’expérience quotidienne, à la fois sur le plan politique (crise de la démocratie arithmétique et des relations entre les peuples, incapacité pratique de l’organisation des Nations unies, au-delà des discours, à assumer la tâche qui devrait être la sienne : palLier les limites et insuffisances de la Société des nations, paix perpétuelle, coexistence pacifique entre  les hommes et les peuples…), économique (crise économique sans précédent, chômage endémique des jeunes, extinction de la classe moyenne, injustices de tous genres, concentration des richesses entre quelques mains et quelques familles, crise économique de la zone CFA), … laisse peu de place à l’optimisme, décrit l’auteur. Cela va sans dire.

Le Dr Giscard Kevin Dessinga se pose autant des questions. Pourquoi la question de l’humanité de l’homme préoccupe, intéresse et interroge-t-elle tant et autant la raison, la culture et l’histoire ? Est-ce, tout simplement, parce que « l’homme est devenu problématique » dans un « monde cassé », selon l’heureuse formule de Gabriel Marcel ? Comment être pleinement homme et humain à une époque où le relativisme, la précarité, la rupture et la déconstruction sont devenus des catégories interprétatives et explicatives de la vie, de l’histoire, de la culture et surtout de l’actuelle condition humaine ?

Pour le prêtre-philosophe, le défi, certainement le plus important de ces trois derniers siècles de l’histoire de l’humanité, a été relevé, avec ou sans succès, par plusieurs courants de pensée qui ont annoncé l’auto-libération de l’homme contemporain : l’humanisme scientifique, l’humanisme nietzschéen, l’humanisme marxiste et l’humanisme psychanalytique. L’idée de fond qui les soutient et le trait rouge qui les traverse sont la conviction selon laquelle l’humanité est une conquête, mieux une auto-conquête. Par voie de conséquence, la libération est autoproduction.

Le scientisme entend lutter contre le chaos cosmique et proposer à l’homme une sécurité dont seule la science a le secret. Le projet nietzschéen invite l’homme à être fidèle à la terre, à rompre avec les vieilles valeurs de la canaille, à s’auto-créer. Le projet marxiste annonce la victoire finale de la classe prolétarienne contre le chaos historique et socio-économique de la division du travail, de l’aliénation

En fait, l’auteur est et reste convaincu que n’importe quel projet politique, économique, social et même culturel est faux et sans avenir s’il ne place l’homme, chaque homme, tout homme et tout l’homme au centre. C’est à ce prix et à ce prix seulement que l’on peut éviter l’hémorragie de l’humain dans l’homme. Ainsi, les choses seront de nouveau des instruments et non des idoles. Devenir humain paraît, dans cette optique, une espèce de réappropriation de soi, une espèce d’affranchissement. Et, pour y arriver, il faut d’abord le penser et définir les contours essentiels d’une humanité apaisée et réconciliée. Du coup, penser l’humain précède l’être humain et surtout le devenir humain.

Qui est Giscard Kevin Dessinga ?

Giscard Kevin Dessinga est franciscain et président de la Fondation Notre-Dame d’Afrique. Il est docteur en philosophie et enseignant-chercheur à l’Université Marien-Ngouabi ainsi qu' au Grand séminaire interdiocésain de Brazzaville. Romancier-essayiste, il est originaire du Congo-Brazzaville et s’abreuve à trois sources : ses formations littéraires, théologiques et philosophiques. Giscard Kevin Dessinga est auteur et coauteur d’une quinzaine d’ouvrages dont les plus récents sont : "Eloge de la dissidence" (L’Harmattan, 2018) ; "J’enseigne, mais comprennent-ils ?" (Mon Petit Editeur, 2018) ; "La responsabilité du temps perdu" (Mon Petit Editeur, 2018) ; "Karl Popper ou le rationalisme pluraliste" (Mon Petit Editeur, 2017) ; "Nouvelles perspectives de la démocratie en Afrique" (Mon Petit Editeur, 2017).

"Penser l’humain aujourd’hui - Ce siècle sera-t-il, enfin, le siècle de l’homme ?", est vendu à treize euros, soit environ 8 500 FCFA.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : La couverture du livre Photo 2 : le Dr Giscard Kevin Dessinga

Notification: 

Non