Campagne électorale : Martin Fayulu persona non grata à Kindu

Lundi 10 Décembre 2018 - 16:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’étape de Kindu est pour l’instant mise entre parenthèses. Alors que son programme prévoyait qu’il mette le cap sur le chef-lieu de la province du Maniema, le candidat de la coalition "Lamuka" a finalement été dissuadé, le 10 décembre, à prendre une autre direction.

L’autorité de l’aviation civile n'a pas donné à Martin Fayulu le quitus pour décoller vers Kindu où la tension était déjà perceptible entre ses partisans et ceux du Front commun pour le Congo (FCC). Au niveau de l’aéroport, des sources locales contactées ont confirmé le climat tendu qui prévalait sur ce site, à quelques heures de l’arrivée du candidat de Lamuka. Dans certains points chauds de la ville, la brouille entre les pro et les anti Fayulu avait monté d’un cran, créant une atmosphère de psychose parmi la population. « Fayulu to, Fayulu to », entendez « pas de Fayulu », scandaient certains habitants visiblement instrumentalisés.

Poussant l’outrecuidance à l’extrême, certains se sont affichés avec des banderoles sur lesquelles étaient inscrits « Fayulu dégage ! ». Ce qui n’était pas pour plaire à ses partisans qui s’en prenaient, quant à eux, au candidat du FCC, Ramazani Shadary, répliquant par des pics lancés contre ce dernier. Ce qui a donné lieu à des échauffourées entre les deux parties, entraînant des blessures graves d’au moins huit personnes dont quatre par balles, apprend-on.

« Nous avons eu au téléphone Kindu et on nous rapporte que les militaires investissent l’aéroport. Cela devient autre chose. Nous n’allons pas créer l’incident. Nous n’allons pas leur donner un prétexte pour arrêter les élections », a déclaré Martin Fayulu, cité par actualités.cd depuis Kisangani, le chef-lieu de la province orientale d’où il avait passé la nuit. Le candidat de Lamuka a accusé les autorités de l’aviation civile d'entraver son arrivée à Kindu en complicité avec les forces de l'ordre. Il en veut pour preuve les explications qui lui ont été fournies par le responsable de la tour de contrôle et par les pilotes avec lesquels il s’est entretenu quelques heures auparavant. D’après le candidat numéro 4 à la présidentielle, ces aéronautes lui auraient signifié avoir reçu des instructions fermes de ne pas faire décoller l’avion vers Kindu.

C’est sur ces entrefaites que le candidat de Lamuka, qu’accompagnent Eve Bazaïba et Adolphe Muzito, respectivement secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo et leader de la plate-forme Nouvel élan, s’est décidé d’aller à Bukavu. « J’espère que Kabila va calmer ses gens. On va aller à Kindu », a-t-il lancé à son équipage après des pourparlers infructueux engagés avec les autorités aéroportuaires de cette ville qu’on dit totalement acquise à la cause du FCC et à son autorité morale. C’est sous une pluie battante qu’il est arrivé ce 10 décembre, dans l’après-midi à Bukavu, accueilli par une centaine des militants ayant effectué le déplacement de l'aéroport de Kavumu, environ 30 km du centre-ville. Dans son agenda, un meeting est prévu au terrain de Panzi, dans la commune d’Ibanda. Le candidat de Lamuka compte, par ailleurs, se rendre dans toutes les grandes villes de la province en commençant par Uvira. Il promet de revenir sur Kindu, le temps de laisser passer l’orage.

Alain Diasso

Notification: 

Non