Concorde nationale et paix : un credo pour le Pr Évariste Boshab

Samedi 12 Janvier 2019 - 15:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le député national élu dans la circonscription électorale de Mweka, dans le Kasaï, a déconseillé, tout au long de sa campagne, le règlement de comptes, en prônant la communion entre la population. Aujourd’hui, un appel est lancé aux différents politiques congolais de lui emboîter le pas en vue de ne pas laisser le pays sombrer dans le chaos.

Les résultats provisoires des élections législatives nationales et provinciales étant connus depuis la nuit du 11 au 12 janvier, le Pr Evariste Boshab est assuré de continuer son exhortation à la paix et la concorde nationale à l’Assemblée nationale, auprès des autres institutions de la République et de la population congolaise tout entière. Ce discours, notent les observateurs, le pays en a vivement besoin en ces temps où il traverse un moment décisif de son histoire.

Si des politiques congolais et la communauté internationale conseillent les Congolais à privilégier la concorde nationale et la paix, Evariste Boshab se sent, dans ce domaine, comme un poisson dans l’eau, cette matière constituant son enseignement de tous les jours.

Le plébiscite du peuple lui donne raison 

Deuxième meilleur élu à la députation nationale, selon les résultats provisoires publiés par la Commission électorale nationale indépendante, le Pr Evariste Boshab mérite ce plébiscite du peuple congolais qui se reconnaît en lui. Un vote qui n’est pas une surprise pour ceux qui connaissent l’homme car les accueils dont il bénéficie à chaque descente à la base ont toujours été à la hauteur de sa personnalité et constituent un signe de reconnaissance de la part de cette population.

Le Pr Evariste Boshab a toujours fait ses preuves dans le domaine de l’éducation supérieure aussi bien au pays comme à l’étranger. Après avoir remporté les élections de 2006 et 2011, il était revenu récemment dans sa terre, son fief de Mweka, dans le Grand Kasaï, pour solliciter le suffrage de sa base naturelle. Dans les différentes contrées de cette province où il est passé, il a été accueilli en véritable enfant de la maison qui a toujours su garder les liens familiaux avec les siens. C’était également pour lui l’occasion de confirmer sa conviction sur le développement du pays. Appelant ses frères et sœurs du Kasaï à participer massivement aux élections pour donner des nouveaux dirigeants au pays, le Pr Evariste Boshab a martelé sur la paix qui devrait caractériser ces scrutins. « Nous n’allons pas nous battre ou nous chamailler parce que les élections ne sont pas un combat », insistait-il.

 

Lucien Dianzenza

Notification: 

Non