Consolidation de la paix dans le Pool : installation des plates-formes d’échanges intracommunautaires

Samedi 12 Janvier 2019 - 17:06

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), en partenariat avec le Haut-commissariat à la réinsertion des ex-combattants a ouvert, le 12 janvier, le processus d’installation, dans les treize districts et à la commune de Kintelé, des outils de dialogue entre la population et les ex-combattants.

Les structures issues des dialogues intracommunautaires initiés il y a près d’un mois, constituent des cadres d’échanges entre les acteurs aux conflits armés. Elles s’inscrivent dans la stricte logique de recréer le sentiment de vivre ensemble entre les catégories sociales précitées.

« Le développement local, appelé de tous ses vœux par le gouvernement, et que la communauté internationale se doit d’accompagner, ne peut se faire, en toute efficacité, lorsque les communautés destinataires et actrices ne vivent pas en harmonie et dans la cohésion sociale », a déclaré le délégué du Pnud, Joseph Ikoubou.

C’est pour cette raison que le Pnud, a-t-il poursuivi, s’est engagé aux côtés du gouvernement et du Haut-commissariat à la réinsertion des ex-combattants, à contribuer aux efforts de consolidation de la paix dans le Pool, dont un des moyens, a-t-il insisté, est l’organisation des plates-formes de concertation intracommunautaire.

En effet, a-t-il ajouté, ces structures permettront de briser les égos, de faire disparaître les stigmates psychologiques et les rancœurs nés des actes qui ont pu être commis dans certaines circonstances souvent dictées par les moments critiques du conflit, briser les peurs, bref la haine qui se serait installée dans les cœurs et les esprits.

Le Pnud s’est engagé à se remettre à la sagesse des femmes et des hommes chargés d’animer ces plates-formes d’échange intracommunautaire pour atteindre les résultats escomptés, a estimé Joseph Ikoubou.

À son tour, le maire de Kinkala, Joseph Kifoua, a salué la détermination de tous les acteurs pour que cette étape du processus de consolidation de la paix se déroule dans la sérénité et la paix.

Car, a-t-il noté, du retour de la cohésion sociale dépendra le succès de toutes les activités humanitaires et de la relance de l’économie dans cette partie du pays.

Le même sentiment a été partagé par le député de Kinkala, Jean Paul Malonga, qui a souhaité que les échanges entre les acteurs au conflit se déroulent dans un climat apaisé de sorte que, a-t-il renchéri, le processus de consolidation de la paix soit effectif.

Notons que les bureaux de ces plates-formes sont ainsi constitués : la présidence est assurée par un représentant de la population ; la vice-présidence par un ex-combattant ; le secrétariat par un représentant de la société civile ; la trésorerie par un représentant des confessions religieuses et l’unique membre est issu du conseil communal ou départemental.  

     

  

Roger Ngombé

Légendes et crédits photo : 

Une photo de famille

Notification: 

Non