Arts martiaux : de nouvelles fédérations de judo et de taekwondo bientôt mises en place

Mardi 15 Janvier 2019 - 16:56

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La note signée par le ministre des Sports et de l’éducation physique, Hugues Ngouélondélé, souligne que les assemblées générales électives, pour les deux disciplines, doivent être convoquées dans un délai de trente jours partant du 15 janvier.

Le judo congolais n’est plus régi par une fédération depuis des mois. Le taekwondo, quant à lui, n’a pas d’instances dirigeantes depuis 2016. Le ministère des Sports et de l’éducation physique s’est concerté avec le Comité national sportif et olympique congolais (Cnosc) pour sortir les deux disciplines de l’ornière. « Après concertation des deux parties, il a été décidé de la convocation de l’assemblée générale élective dans un délai de trente jours », indique la note signée par le ministre Hugues Ngouélondélé et rendue publique le 15 janvier.

Cas du judo

De multiples contradictions internes, des sanctions jugées arbitraires parce que non conformes aux statuts et règlement ont déchiré la Fédération congolaise de judo et disciplines associées (Fécojuda) alors dirigée par Me Marien Ngouabi Ikama.  Les deux tiers des membres s’étaient réunis le 16 décembre 2017, en assemblée générale extraordinaire, pour destituer le président de la Fécojuda. Un Comité de normalisation a été mis en place. Par la suite, le ministère des Sports et de l’éducation physique a installé un Comité de gestion de crise devant conduire à l’assemblée générale élective.

Cas du taekwondo

Depuis le début de l’olympiade, la discipline n’a pas de fédération. Les instances dirigeantes n’ont pas pu être renouvelées. Le corps électoral présenté lors de l’assemblée générale élective n’a pas fait l’unanimité. Après deux reports, les batailles ont éclaté entre les clans rangés derrière les différents candidats à la présidence de la fédération. Depuis 2016, aucune solution n’a jamais été trouvée. Les tentatives de réconciliation entre taekwondoins n’ont abouti à rien. Aujourd’hui, le Cnosc et le ministère décident de mettre fin à cette situation.

Pour les assemblées générales qui doivent se tenir dans un délai de trente jours, les candidatures, à tous les postes, seront déposées à la Direction générale des sports. L’unique point à l’ordre du jour de ces assemblées est l’élection. Au terme de la mise en place des instances dirigeantes de la Fécojuda et de la Fédération congolaise de taekwondo, au plan national, celles-ci se chargeront des installations des ligues départementales après la tenue des conseils fédéraux, tout en déroulant leurs programmes d’activités pour les années 2019-2020 puisque l’olympiade prendra fin l’année prochaine après les Jeux olympiques de Tokyo.   

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

Un combat de judo/ Adiac

Notification: 

Non