BDEAC : réformer pour améliorer les performances de l’institution

Mercredi 16 Janvier 2019 - 11:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), Fortunato Mbo Nchama, a annoncé, le 15 janvier à Brazzaville, la poursuite du processus des réformes visant à améliorer les performances de l’institution.

 

 

« On ne peut pas dire qu’on a réformé puis c’est terminé. Les autres réformes vont suivre. L’idée consiste à ce que la BDEAC soit comme les autres institutions similaires dans le monde et ne jamais être en recul par rapport aux autres », a déclaré Fortunato Mbo Nchama, à l’issue d’un conseil d’administration.

Le président de la BDEAC a précisé que l’assemblée générale qui se tient le 16 janvier, dans la capitale congolaise, constitue la dernière étape pour l’adoption des réformes qui concernent les textes fondamentaux de l’institution, ainsi que sa politique et d’autres cadres.

Les réformes de la BDEAC sont issues des réunions précédentes et du sommet des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac) tenu l’année dernière à N’Djamena, au Tchad.

La mise en œuvre de ces décisions, dont certaines touchent les statuts de la banque, devrait permettre de redynamiser l’institution communautaire qui a traversé une zone de turbulence, il y a quelques années.

Selon Fortunato Mbo Nchama, « la progression de la BDEAC est positive, c’est encourageant ».

Le conseil d’administration de la BDEAC a réuni les représentants des six pays de la Cémac, à savoir la République du Congo, le Cameroun, le Gabon, le Tchad, la Guinée équatoriale et la République centrafricaine, ainsi que des actionnaires dont la France et le Maroc.   

 

Christian Brice Elion

Notification: 

Non