Afrique subsaharienne : les perspectives 2019 divisent les agences de notation

Mercredi 16 Janvier 2019 - 16:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Mise à part la croissance, Standard and Poor’s et Moody’s ont affiché, dans leurs récentes publications, des opinions divergentes quant au profil emprunteur des pays qu'elles suivent dans la région.

Moody's estime que les perspectives sur la note des pays qu'elle suit sont négatives, en raison de la persistance des défis fiscaux et externes, même s'il est noté un très léger relâchement des pressions sur la dette. Standard and Poor's (S&P), pour sa part, n'affiche aucune perspective négative pour les pays qu'elle suit. Quinze des pays sont classés en perspective stable, tandis que deux pays (Rwanda et Sénégal) sont dans le positif.

Une position qui est inchangée depuis le deuxième semestre de 2018. Les deux agences de notation, dont les avis comptent dans la communauté des investisseurs, sont cependant en harmonie sur le fait que les économies d'Afrique subsaharienne subiront des pressions tout au long de cette année 2019.

S&P note que les conditions d'emprunt sur le marché international se sont détériorées sur le deuxième semestre, en raison de la persistance des prix bas sur les matières premières. Moody's par contre s'inquiète surtout des défis budgétaires que connaissent les gouvernements des pays qu'elle note, en raison d'une hausse des déficits publics, avec pour conséquence, un accroissement du recours à l'endettement dans des conditions de durcissement des marchés monétaires.

Les deux agences reconnaissent aussi que les économies africaines devraient se caractériser par une progression significative de la croissance des produits intérieurs bruts dans la région. Elle sera accélérée dans des pays exportateurs de matières premières. Dans la zone de l' Union économique et monétaire ouest-africaine, le Sénégal et la Côte d'Ivoire sont des cibles recommandées.

Ces agences de notation sont des entités indépendantes qui émettent des opinions sur la capacité d’une entité à respecter sans défaut ses obligations financières aussi bien en monnaie locale qu’en devises. Elles utilisent, à cet effet, une méthodologie fondée sur la solidité économique, institutionnelle et budgétaire ainsi que la vulnérabilité au risque événementiel. L’évaluation combinée de ces quatre facteurs permet de déterminer une note suivant une grille d’évaluation allant du crédit très spéculatif à celui de très bonne qualité. S&P, Moody’s et Fitch sont les principales agences de notation dans le monde, avec plus de 95% des parts de marché.

Josiane Mambou Loukoula

Notification: 

Non