Education : " Papa, maman, vous avez pas 5 minutes ?", un livre qui rappelle la valeur de l’instruction familiale

Jeudi 17 Janvier 2019 - 20:35

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

De plus en plus de familles se brisent faute d’une relation solide parents-enfants. Chacun vit pour soi, oubliant totalement l’autre. Un mode de vie qui pousse certains enfants à aller chercher le bonheur ailleurs.

Tel affiché sur la couverture du livre coécrit en deux cent soixante et une  pages par Tedd Tripp et Margy Tripp, on peut y voir une petite fille qui ne demande que l’attention et l’affection de ses parents obnubilés par leurs portables, bref par leur propre vie. Le genre à confier l’éducation de leurs enfants aux nourrices et enseignants et pas à eux-mêmes.

A cet effet, Tedd Tripp et Margy Tripp éclairent sur la nécessité d’une relation familiale saine. Pour les auteurs, les parents doivent prendre le temps de transmettre aux enfants une vision juste du monde. En tant que couple pastoral et conseillers en relation d’aide, les auteurs du livre apportent à cette œuvre une dimension spirituelle en rappelant que la voie de Dieu est aussi indispensable pour y parvenir.

David témoigne

Agé de 23 ans, David Libily est un jeune étudiant en logistique, résidant à Brazzaville, qui a connu une période sombre dans sa vie alors qu’il avait 17 ans. S’étant reconstruit après ce chaos, il nous partage son histoire.

A cette époque, il était au lycée et son corps se développait évidemment avec des changements bouleversants. Et ce qu’il voulait, c’était d’en savoir un peu plus par une communication permanente avec son père ou sa mère. Mais, ils n’étaient jamais là. Toujours préoccupés par leurs carrières professionnelles ou absorbés par leurs occupations personnelles. " Ils communiquaient rarement avec moi et nous partagions très peu de moments ensemble. Je n’étais pas le seul à en pâtir puisque nous sommes une descendance de quatre enfants dont deux garçons et deux filles. C’est ce sentiment d’isolement et d’inattention qui m’avait poussé à accepter ce que des amis me proposaient de faire. Mon comportement envers mes parents avait changé et plus rien n’était comme avant. Heureusement pour moi, le pire ne s’était pas produit car, ils ont eu chacun l’occasion de rattraper leurs fautes", se souvient-il.

En cela, nous disons qu’on ne devient pas parent juste parce qu’on est le géniteur biologique d’un enfant. On est parent de la conception à la vieillesse de sa progéniture. Et ce, grâce à l’éducation qu’on lui apporte, à ses besoins auxquels on subvient, aux souvenirs qu’on se forge avec sa lignée et à la présence qu’on manifeste à chaque étape de sa croissance.

De plus en plus d’enfants traduisent leurs expériences de vie en fonction de la vision du monde qu'ils se forgent. Ainsi, les parents ont le devoir de les aider à se forger une meilleure vision avec pour but de les aider à bien agir et à bien réfléchir dans la voie qu’ils doivent suivre.

Merveille Atipo

Légendes et crédits photo : 

Couverture de l'ouvrage

Notification: 

Non