Femmes leaders africaines : vers la mise en place de l’antenne du Congo

Mercredi 16 Janvier 2019 - 20:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La structure sera mise en place à l’issue des travaux du réseau des femmes leaders pour la transformation de l’Afrique, organisés du 16 au 17 janvier à Brazzaville, sur le thème « Le leadership féminin et la gouvernance multisectorielle », au Centre international de conférence de Kintélé.

Le réseau sert de plate-forme d’action fondéé sur le développement et la promotion de la femme congolaise, à travers la constitution et l’exploitation d’une base de données sur la situation de la femme. Il permet aux femmes congolaises de prouver leurs compétences dans leur domaine d’action. 

La cérémonie a été ouverte par le vice-Premier ministre chargé de la Fonction publique, Firmin Ayessa, en présence des membres du gouvernement; de la représentante de l’ONU-Femmes, Awa Ndiaye Seck; de l’envoyée spéciale de la représentante de l’Union africaine pour les questions de paix et de sécurité, Binta Ndiaye; de l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Congo, Klaus Peter Schick; et autres responsables.

Le Congo est le cinquième pays d’Afrique à avoir lancé ce réseau de femmes leaders. Le pays a réuni plusieurs femmes dynamiques, notamment de la République démocratique du Congo, de Côte-d’Ivoire ; du Maroc, du Rwanda et du Royaume-Uni.

Les Congolaises ont été édifiées sur la genèse du réseau des femmes leaders pour la transformation de l’Afrique, le but du réseau, les défis à relever, l’appui de la République fédérale d’Allemagne, du gouvernement congolais avec l’engagement du président de la République, Denis Sassou N’Guesso, à leur égard.  

L’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Congo, Klaus Peter Schick, a expliqué que le réseau des femmes leaders pour la transformation de l’Afrique est né de l’initiative du forum de New York organisé en 2017.

Le forum avait rassemblé les femmes leaders de tous les secteurs d’activité. Il a assuré les femmes de l’appui de son pays avant de les inviter au travail pour bénéficier d’une loi portant sur la sécurité en Afrique.

La représentante de l’ONU-Femmes, Awa Ndiaye Seck, a loué l’engouement des Congolaises pour le réseau. Selon elle, le premier critère est   l’exclusivité car, le réseau vise le leadership des Africaines pour la paix. 

A son tour, l’envoyée spéciale de l’Union africaine pour les questions de paix et de sécurité, Binta Ndiaye, a comparé la mobilisation des femmes congolaises à une armée de transformation pour amener au développement.

Les questions qui seront abordées, a-t-elle expliqué, porteront notamment sur la stabilité et le développement de l’Afrique en général et du Congo en particulier. « L’Afrique ne peut pas voler d’une seule aile, les femmes se sont engagées car, elles ont des domaines prioritaires. Elles doivent militer dans les domaines de la sécurité, la communauté rurale; acceder aux finances dans la construction des routes et infrastructures et bien d’autres, parce que sans elles, il n’y a pas de paix », a-t-elle déclaré.  

La ministre de la Promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Ines Nefer Ingani, a, pour sa part, expliqué le rôle du réseau qui vise à promouvoir la solidarité,  l’éducation de la jeune fille, l’autonomisation économique des femmes et leur participation politique dans toutes les sphères de prise de décision, renforcer le leadership féminin au service de la prévention de la gestion des conflits. « Toutes ces actions sont fondées sur l’aspiration 6 de l’Agenda 2063.  L’Afrique que nous voulons envisage une Afrique centrée sur les peuples où la parité complète hommes-femmes est réalisée. Les femmes sont autonomes et jouent de plein droit leur rôle dans toutes les sphères de la vie », a-t-elle dit.

Par ailleurs, le vice-Premier ministre, Firmin Ayessa, a exhorté les femmes, dans son allocution d’ouverture, à une lutte objective. « Votre contribution au progrès et à la prospérité de notre continent est si nécessaire et si déterminante que l’on ne peut résister à la tentation de vous exhorter à vous engager pleinement dans le juste combat d’édification d’une belle Afrique, afin que, grâce à votre généreux leadership, triomphent dans chacun de nos pays, la bonne gouvernance, la paix et l’atomisation économique », a indiqué Firmin Ayessa.   

Notons que le lancement officiel du réseau des femmes a connu une mobilisation importante avec la présentation des slams sur la femme ; d’un chant dont la ministre de la Promotion de la femme est l’auteure compositrice, ainsi que des danses traditionnelles. 

 

Lydie Gisèle Oko

Notification: 

Non