Santé publique : l’hôpital de Talangai affiche 84,2% de taux de guérison

Jeudi 17 Janvier 2019 - 14:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La performance a été révélée par le directeur général de l’hôpital de référence du sixième arrondissement, Raphaël Issoibeka, à l’occasion de la revue annuelle des activités de la structure sanitaire, le 17 janvier à Brazzaville. Il a, par ailleurs, fustigé les mauvaises pratiques auxquelles il faudra s’attaquer cette année.

Le rapport d’activités de l’hôpital de référence de Talangaï, présenté par son directeur général, Raphaël Issoibeka, affiche une mention bien, s’il faut s’en tenir aux statistiques. 84,2% de taux de guérison, 2,9% de taux de mortalité brut, 1,1% de taux d’évasion. « Le taux d’hospitalisation est en baisse », a-t-il précisé.

Il a, par ailleurs, évoqué la disponibilité des médicaments et dispositifs médicaux. Allusion faite à l’acquisition des antirétroviraux, des antituberculeux et la dotation de sept cent-vingt kits de césarienne à la gynéco-obstétrique, entre autres.

S’agissant de la campagne de dépistage du cancer du col de l’utérus et du sein, menée en 2018, sur les cent cinquante-sept femmes dépistées, il y a eu cent cinq cas normaux, trente et une anomalies bénignes et vingt et un cas d’anomalies suspectes.

Les travaux de réhabilitation et de construction ont également été réalisés notamment au niveau des services cliniques et médico- techniques.

Des mauvaises pratiques

Les pages sombres du rapport soulignent à grands traits des comportements déviants contraires au serment d’Hippocrate. Le rançonnage des patients, la facturation illicite des actes anesthésiques par les anesthésistes, les déperditions des fonds dans les circuits parallèles, la vente illégale des médicaments de mauvaise qualité. L’existence des pharma sacs dans la majorité des services, ainsi que le détournement des patients vers les cabinets médicaux et de soins privés allongent la liste des antivaleurs déplorées. « Cette année, nous devons mettre fin à ces pratiques qui n’honorent pas notre structure. Ce sera pour nous une année de dure labeur », a indiqué le directeur général de l’hôpital de référence de Talangaï.

Ouvrant les travaux de la revue annuelle 2018 des activités de l’hôpital de référence de Talangaï, l’administrateur maire Privat Ndéké, qui est par ailleurs président du Comité de gestion dudit hôpital, a exhorté l’ensemble des acteurs à s’impliquer pour l’amélioration de l’offre et de la qualité des soins au bénéfice de la population. Les travaux de cette revue, qui permettront d’élaborer le plan de travail budgétisé 2019, prendront fin le 18 janvier.

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

Les membres du Comité de direction suivant la présentation du rapport d'activités / Photo DR

Notification: 

Non