Hydrocarbures : le ministre de tutelle tient à la promotion du domaine minier congolais

Jeudi 17 Janvier 2019 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Jean-Marc Thystère Tchicaya a réitéré son invite aux investisseurs congolais évoluant dans le secteur pétrolier à participer aux appels d’offres relatifs aux zones libres du domaine minier national.

« Dans ce contexte économique toujours fragile, il est fondamental de se projeter vers l’avenir de notre secteur qui passe par un ambitieux programme de promotion de notre domaine minier. Le lancement récent de la deuxième phase de la promotion des zones libres du bassin côtier s’inscrit dans cette dynamique », a déclaré le ministre des Hydrocarbures, lors du comité sur les prix fixés des hydrocarbures au Congo, au quatrième trimestre de 2018.

Jean Marc Thystère Tchicaya a relevé que la promotion précédente a permis d’attribuer quatre nouveaux permis d’exploration dans l’off-shore et l’on-shore.

Pour attirer les investisseurs, garantir la stabilité et les équilibres nécessaires, un dispositif législatif et réglementaire solide vient de compléter le code des hydrocarbures. L’élaboration d’un nouveau contrat de partage de production type qui s’appliquera à tous les nouveaux permis est en cours.

Des textes d’application relatifs au code des hydrocarbures sont actuellement en examen au niveau du gouvernement. De même, le Congo négocie avec ses partenaires historiques majeurs, la révision des conventions d’établissement qui datent de 1968. Il s’agit de la volonté du gouvernement de permettre le rééquilibrage des relations économiques par la mise en adéquation du contrat de partage de production en vigueur dans le pays.

Cette année, un accent particulier sera aussi mis sur l’élaboration d’un cadre juridique gazier permettant de structurer cette filière et de diversifier l’économie à travers les projets de valorisation du gaz. Dans le secteur de l’aval pétrolier, des dispositions réglementaires ont été prises en 2018, d’une part, pour améliorer l’approvisionnement du pays en produit pétrolier fini, d’autre part, pour régler la problématique du transport massif du carburant.

Tendance baissière des prix des hydrocarbures au quatrième trimestre 2018

Les moyennes trimestrielles des prix fixés des hydrocarbures produits au Congo, présentées par la directrice des Hydrocarbures, Thérésa Goma, arrêtées au cours de la réunion des prix du quatrième trimestre en dollars par baril se présentent comme suit : Djéno mélange : 78,241 ;  61, 667 ; 54,725. Nkossa Blend : 81,148, ; 56,784 ; 51,466. Yombo : 76,854 ; 60,40 ; 53,187. Les valeurs de Nkossa butane sont : 57, 429 ; 42,537 ; 32,418 contre 39, 296 ; 30, 346 et 27,302 de Nkossa propane.

Le baril du Brent daté a donc ouvert le trimestre à 84,7 dollars et l’a clôturé à 50,2 dollars, réalisant une chute drastique de 34, 5 dollars, soit 41%. Ce réfléchissement est dû notamment à l’intensification des craintes d’une offre excédentaire avec une production record en Arabie saoudite, aux Etats-Unis et en Russie ainsi que la guerre commerciale persistante entre Washington et Pékin.

Des perspectives du marché pétrolier au premier trimestre 2019 dépendront, par ailleurs, de la guerre commerciale entre ces deux grandes puissances ainsi que des sanctions contre l’Iran, des incertitudes autour du Brexit, du respect des coupes de production annoncées par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

« Au-delà de ces tendances et des prix fixés que nous venons de valider, l’année 2018 est un repère important dans l’histoire des hydrocarbures, parce qu’elle marque l’adhésion de la République du Congo à l’Opep», a conclu le ministre des Hydrocarbures.

La prochaine réunion des prix qui sera organisée par la société Chevron aura lieu du 16 au 17 avril.

Lopelle Mboussa Gassia

Légendes et crédits photo : 

Une vue des participants à la réunion des prix

Notification: 

Non