Opinion

  • Éditorial

Appels

Lundi 16 Août 2021 - 18:09

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Célébré dimanche avec modération afin d’éviter que l’afflux habituel des foules sur la place publique favorise l’extension de la pandémie du coronavirus, le soixante et unième anniversaire de l’indépendance de notre pays demeurera en bonne, très bonne place dans la mémoire collective du Congo. Pourquoi ? Tout simplement parce que les plus hautes autorités de la nation, le président de la République et le Premier ministre, ont mis à profit ce temps exceptionnel pour rappeler de façon claire aux citoyennes et aux citoyens congolais que leur avenir ne dépend pas seulement des actions qu’entreprendra l’Etat mais aussi et plus encore du civisme, donc de l’engagement en faveur de la collectivité nationale dont chacune d’elles et chacun d’eux fera preuve dans les années à venir.

Si nous avons un conseil à donner à nos lecteurs, c’est bien celui de détacher des numéros de ce quotidien publiés hier et aujourd’hui les pages où sont retranscrits intégralement ces deux messages, puis de les afficher en bonne place dans le lieu où ils vivent afin de les relire à intervalles réguliers et mieux se pénétrer du double appel qui leur a ainsi été lancé :

° Appel du chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso, sur les actions à mener collectivement pour lutter contre la menace sanitaire que porte en elle la Covid-19 et ses variants, pour lutter contre les antivaleurs, pour asseoir l’économie nationale sur des bases plus solides, pour développer tout particulièrement l’agriculture et assurer ainsi l’autosuffisance alimentaire de notre pays.

°Appel du Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, au terme d’une longue et passionnante évocation des évènements historiques ayant permis à notre Congo d’asseoir sa liberté et son indépendance sur des bases solides, à renforcer l’unité de la nation qui seule peut permettre de résoudre les problèmes présents et de garantir une vie sereine aux nouvelles générations.

Rien, en effet, n’est plus important, dans le moment présent, que de dire, de rappeler à la société civile que son avenir, son destin comme celui de ses enfants dépendent prioritairement de son engagement individuel et collectif dans la poursuite de la marche en avant engagée le 15 août 1960 lorsque la République du Congo fut créée. Et donc de faire prendre conscience à chacune, à chacun de nous de ses responsabilités personnelles dans la poursuite de ce grand mouvement historique.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 3/12/2021 | Vaccins et restrictions
▶ 2/12/2021 | Résister
▶ 1/12/2021 | Merci !
▶ 29/11/2021 | Migrations
▶ 29/11/2021 | Les hiérarques
▶ 26/11/2021 | Urgence !
▶ 25/11/2021 | Langues
▶ 24/11/2021 | 50/50
▶ 23/11/2021 | Unité
▶ 20/11/2021 | Complexité