COP26/Covid-19 : report de la COP 26 à l'automne 2021

Mercredi 25 Novembre 2020 - 11:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En raison de l'épidémie du Coronavirus, la COP 26 qui devait se tenir à Glasgow, en Ecosse, a été reportée en 2021. Des événements alternatifs ont été organisés partout dans le monde pour maintenir la pression.

 

Les États, les Nations unies, les organisations de la société civile et les jeunes du monde entier ont organisé des événements alternatifs pour mettre le sujet climatique au premier plan et maintenir la pression pour les douze prochains mois.

L'enjeu est de taille. Les pays signataires devront relever leurs objectifs climatiques. La COP 26 sur le climat a finalement été reportée à l’automne prochain, en raison de la pandémie de Covid-19. Les pays du monde entier auront pour principale mission de relever leurs ambitions climatiques, conformément à l’accord de Paris. Certains ont décidé de ne pas attendre. A la surprise générale, la Chine s'est engagée à atteindre la neutralité carbone avant 2060. Le Japon et la Corée du Sud se sont fixés le même objectif pour 2050.

Au total, ce sont 110 pays qui se sont engagés à la neutralité carbone. A ceux-là, s'ajoutent les États-Unis, grâce au nouveau président, Joe Biden. Mais il reste à traduire ces intentions dans les contributions nationales volontaires [NDC].

À ce jour, une quinzaine d’États seulement se sont acquittés de cet engagement. Il s’agit des pays insulaires et vulnérables (Îles Marshall, Suriname, Zambie, Rwanda, Thaïlande …), ne représentant que 4,6 % des émissions globales. Pour maintenir la pression en l'absence de la COP26, la Convention des Nations unies pour le changement climatique multiplie les sommets virtuels, en organisant des dialogues Race to Zero (la Course vers le zéro émission), des journées thématiques dédiées à l’énergie, à l’agriculture ou à la finance. À partir du 23 novembre, les dialogues sur le climat devraient prendre le relais, afin d’avancer sur les règles en suspens de l'accord de Paris liés. "Ensemble, les deux dialogues prépareront le terrain pour l'anniversaire de l'accord de Paris, le 12 décembre", note la Ccnucc. La société civile, quant à elle, a organisé le week-end dernier la COP 26 Coalition, un événement en ligne (From the ground up) rassemblant des milliers de personnes et plus d’une centaine d’organisations. 

"Notre rôle, à l'approche de la COP 26, doit être de maintenir au premier plan de la conscience publique ce que signifie un réchauffement de 1,5°C et ce qu'il faudrait pour l’éviter. Aussi est-il, d'exiger une action climatique qui aborde véritablement la nature et l'ampleur des crises interdépendantes auxquelles nous sommes confrontés", a lancé le collectif dans une déclaration commune. 

À cette occasion, l'accord de Glasgow a été signé par des dizaines d'associations et de collectifs. Il prévoit d’établir un agenda climatique des actions citoyennes locales, relevant notamment de la désobéissance civile, afin d'arrêter ou transformer les principaux pollueurs. Un inventaire mondial doit être réalisé d’ici le début de l’année prochaine pour déterminer ces projets responsables des principales émissions de gaz à effet de serre. Les jeunes sont mobilisés également à travers la Mock COP26, ("simulacre" de COP26 - du 19 novembre au 1er décembre).

Quelque 350 délégués de 145 pays se retrouveront virtuellement, afin d’élaborer une déclaration finale sous la forme d’un traité juridique qui pourra ensuite être repris par chaque gouvernement. Il s’agit ainsi de "montrer au monde ce qui se passerait si les jeunes organisaient la COP26". La parole sera particulièrement donnée aux militants du Sud et des communautés marginalisées, trop souvent ignorés.

 Le point d’orgue de ce compte à rebours vers la COP26 de 2021 se tiendra le 12 décembre prochain, avec la célébration du 5e anniversaire de l’accord de Paris. Un sommet virtuel sera organisé par les Nations unies, le Royaume-Uni, la France, le Chili et l’Italie. Seules les annonces les plus ambitieuses y seront présentées. L’Union européenne pourrait officialiser la relève de son objectif de réduction des émissions de 40 à 55 % pour 2030. Le Royaume-Uni, hôte de la COP 26, devrait également présenter une contribution nationale renforcée. 

Noël Ndong

Notification: 

Non