Enjeux politiques : Jules Monkala Tchoumou confirme l’ouverture ce 25 novembre de la concertation de Madingou

Lundi 23 Novembre 2020 - 16:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

A l’issue de la visite de la salle qui va abriter les travaux et des sites d’hébergement des délégués, le préfet du département de la Bouenza, Jules Monkala Tchoumou, a confirmé, dans une interview à la presse, l’ouverture mercredi 25 novembre de la concertation politique.  

« Depuis que le gouvernement avait décidé de la  tenue de  la concertation politique  à Madingou, nous avons commencé à nous préparer pour accueillir l’événement. S’il y a des responsables des partis politiques qui pensent que notre ville n’a pas de structures appropriées, qu’ils viennent pour toucher du doigt la réalité », a indiqué le préfet de la Bouenza.

Par ailleurs, a-t-il poursuivi, la salle retenue pour la circonstance a une capacité de cinq cents places pour cent quarante-sept délégués attendus. C’est pour dire, a-t-il déclaré, que les autorités ont tenu compte du respect des mesures barrières imposées par la pandémie du coronavirus.

En outre, le préfet a rappelé que les autres villes voisines de Madingou  pourront également accueillir les hôtes, notamment Nkayi et Bouansa. « Les bus de relai sont déjà disponibles. L’avantage c’est que toutes ces villes se situent à quelques dizaines de Kilomètres du chef-lieu », a-t-il expliqué.

Jules Monkala Tchoumou a rappelé  au passage que le 8 mars dernier, près de six cents femmes sont venues célébrer dans la Bouenza la fête internationale de la femme sous la présidence de l’épouse du chef de l’Etat, Antoinette Sassou N’Guesso. Les invités et les délégués, a-t-il renchéri, ont été bien logés et tous les travaux inscrits au programme des festivités se sont déroulés convenablement.

Invité par les journalistes à se justifier sur le motif réel du report à mercredi de la concertation initialement prévue lundi, le préfet de la Bouenza affirme ne pas connaitre les raisons exactes de ce décalage.

Rappelons que la concertation  de Madingou prépare l’élection présidentielle de l’année prochaine. Elle a le mérite d’inscrire à son ordre du jour des questions liées à  la gouvernance électorale et aux derniers développements de l’actualité politique nationale comme le confirme son thème, à savoir : « Consolidons les acquis de la démocratie par les élections libres, transparentes et apaisées ».  

 

 

 

Roger Ngombé

Légendes et crédits photo : 

Le préfet de la Bouenza, Jules Monkala Tchoumou, hôte de la concertation politique de Madingou/Adiac

Notification: 

Non