Opinion

  • Éditorial

Ensablement

Lundi 1 Août 2022 - 19:33

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le fleuve Congo subit le phénomène d’ensablement depuis quelques années. Et si l’on n’y prend garde, la navigation déjà fortement perturbée deviendra impossible. Son débit a baissé de manière drastique passant de 83000m3 à 38000m3 d’eau par seconde.

La situation est d’autant préoccupante que sa résolution nécessite à la fois la mobilisation des moyens colossaux, l’implication des gouvernements des pays ayant en partage les eaux du fleuve Congo et des partenaires multilatéraux.

De ce fait, sauver le fleuve Congo, c’est préserver ses écosystèmes et protéger la vie des communautés environnantes. Il serait donc regrettable de croiser les bras face à un danger qui aura un impact négatif sur les pays d’Afrique et des autres continents.

Classé deuxième fleuve plus puissant au monde après l’Amazonie en Amérique latine, le fleuve Congo se trouve au cœur du Bassin du Congo qui regorge des écosystèmes forestiers indispensables pour la régulation de la température et la lutte contre le changement climatique. L’assèchement de ses eaux entraînerait des conséquences sur l’environnement.

Les initiatives mises sur pied par les pays de la sous-région, en vue de conserver de manière durable ce patrimoine mondial, parmi lesquelles le Fonds bleu du Bassin du Congo, méritent d’être soutenues. Ce fonds préconise un ensemble de mesures de protection des écosystèmes, d’amélioration des conditions de vie des populations, de développement.

Le Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 28/9/2022 | Financements additionnels
▶ 27/9/2022 | Municipalités
▶ 26/9/2022 | Cantines scolaires
▶ 24/9/2022 | Tout de même
▶ 21/9/2022 | Long terme
▶ 21/9/2022 | Feux de Brazza
▶ 19/9/2022 | Santé
▶ 19/9/2022 | Adressage
▶ 15/9/2022 | Reconnaissance
▶ 15/9/2022 | Réformes scolaires