Opinion

  • Le fait du jour

Foot en live

Lundi 28 Novembre 2022 - 16:42

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Au grand bonheur des amoureux du sport-roi, le football, les pays disputant la Coupe du monde au Qatar s’affrontent dans les stades depuis quelques jours. Les victoires, les défaites, les résultats nuls s’enchaînent avec leur lot de réjouissances, de regrets et de désillusions.  

Le 18 décembre, le vainqueur de la vingt-deuxième édition de la prestigieuse compétition sera connu. Les annales de la Fédération internationale de football association, ainsi que celles des trente-deux nations compétitrices ajouteront au palmarès de la longue histoire du football mondial. Pays hôte de l’événement, même s’il est certainement parmi les premiers à lui dire au revoir, le Qatar aura rempli son contrat en passant la main.

Ainsi que leurs premières sorties l’ont montré, les cinq sélections africaines n’ont pas récolté un succès retentissant. Qui pouvait faire dire au continent tout entier tourné vers le richissime éméritat du Golfe que les lendemains chanteraient. Au premier tour, seulement deux bons petits nuls pour trois fâcheuses défaites, le compte n’a vraiment pas été bon.

Ceci dit, il ne faut pas perdre espoir à l’entame d’une épreuve d’obstacles. Le Lion sénégalais a, en effet, rugi le 25 novembre en offrant sa première victoire à l’Afrique. Avec ce score de 3 buts à 1 contre le pays organisateur, le soleil a aussitôt illuminé les cœurs ébranlés, mais une joie de courte durée d’autant plus que l’Aigle tunisien, battu 1-0 par l’Australie, n’a pas emboîté le pas au fauve de la Téranga.

Ne pas comparer les lions, les sous-estimer et surtout ne pas tendre des pièges incessants à ces félins car ils peuvent se révéler intraitables quand il sont blessés. Le Lion marocain l’a prouvé le 27 novembre en infligeant un 2-0 aux solides Diables rouges belges. Ce résultat encourageant assure aux protégés de Walid Regragui une chance de poursuivre l’aventure, au moins jusqu’à leur prochain match contre le Canada, le 1er décembre.

On ne peut, en revanche, s’empêcher de déplorer une progression en dents de scie des « mondialistes » africains quand on observe que les poulains camerounais de Rigobert Song n’ont fait mieux hier qu’un nul de 3-3 face aux Serbes. Ayant pour adversaires prochains les compagnons de Neymar Da Sylva Jr, il faudra aux Lions indomptables des crocs suffisamment acérés pour tenir le coup.

Alors qu’ils étaient privés d’un possible bon résultat lors de leur bataille contre le Portugal de Cristiano Ronaldo, les potes d’Andrew Ayew, fils de son père*, n’ont pas laissé une deuxième chance leur filer entre les doigts. La victoire 3-2 des Black stars ghanéens sur les Sud-Coréens maintient l’Afrique en vie pour les prochaines heures.

Que les dieux du football permettent à nos cinq représentants : Sénégal, Cameroun, Tunisie, Maroc, Ghana d’écrire aux côtés des autres nations réunies au Qatar, les nouvelles belles pages de notre passion commune, le football, le sport étant à plusieurs titres le ferment du brassage et de la cohésion planétaire.

*André Ayew (comme son frère Jordan) est le fils de l’international ghanéen Abedi Pelé.

Gankama N'Siah

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Le fait du jour : les derniers articles
▶ 28/1/2023 | Appréhensions
▶ 22/1/2023 | A qui la place?
▶ 14/1/2023 | Agir pour l'Afrique
▶ 10/1/2023 | Souveraineté
▶ 23/1/2023 | La prise de notes
▶ 19/12/2022 | Produits locaux
▶ 9/1/2023 | Force régionale
▶ 28/12/2022 | Foot en live