Likouala : Gilbert Djombo Bomodjo dresse l’état des lieux des infrastructures dans le département

Mercredi 13 Janvier 2021 - 13:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le préfet du département de la Likouala, Gilbert Djombo Bomodjoa, lors d’un entretien avec la presse, rendu hommage au président de la République, Denis Sassou N’Guesso, qui a, selon lui, doté la partie septentrionle du pays des infrastructures routières, aéroportuaires, scolaires et sanitaires.

« Avant l’arrivée du président Sassou au pouvoir, la Likouala a connu 105 ans, dont 82 ans de colonisation et 23 ans d’indépendance, sans aucune route et un seul mètre de bitume. C’est en 1983 que le président Denis Sassou N’Guesso avait posé la première pierre pour la construction de la route Impfondo-Epena longue d’environ 85 km. C’est aussi grâce à lui que l’on a ouvert les tronçons Impfondo-Dongou ; Dongou-Enyellé ; Enyellé-Bétou ; Enyellé-Pokola », a expliqué Gilbert Djombo Bomodjo.

Dans le domaine scolaire, la Likouala qui n’avait, au début des années 1960, qu’un cours complémentaire, dispose actuellement des lycées à Impfondo, Enyellé et à Bétou ainsi que des collèges. Des infrastructures que le préfet de la Likouala met à l’actif du chef de l’Etat qui, améliorant aussi des conditions viables à l’hôpital d’Impfondo.

Deuxième département à avoir abrité la politique tournante de la municipalisation accélérée, la Likouala n’a pas bénéficié d’autant d’infrastructures comme les autres départements. En effet, les visiteurs y voient des chantiers inachevés communément appelés « les éléphants blancs ». Pour les autorités départementales, il s’agissait d’une première expérience dans un département situé à près de 1400 km de Brazzaville. Selon elles, ces chantiers avaient été sous-évalués.

Qu’à cela ne tienne, elles se disent fières de certains chantiers achevés. Il s’agit notamment de l’hôtel de la préfecture R+2 , de la maison d’arrêt d’Impfondo , du conseil départemental, de la région de gendarmerie de la Likouala et la Direction départementale de la police,sans oublier le Tribunal de grande instance. « Donc, il y a eu certains chantiers achevés et d’autres non. Il faut toujours avoir foi que dans les années à venir ces chantiers inachevés pourront être achevés. »

Considérée comme l’un des départements les plus enclavés du pays, la Likouala attend la concrétisation du projet de la route d’intégration sous-régionale qui partira de Ouesso à Impfondo, en passant par Enyellé, Bétou et Dongou. Après la réalisation des études et de la cartographie, la population de cette partie du Congo compte beaucoup sur la pose, sous peu, de la première pierre relative à la construction de deux ponts sur les rivières Motaba et Libenga.

« Malgré le fait que le pays traverse actuellement une période difficile, avec des conséquences un peu partout, les Chinois continuent de travailler au niveau de l’hôpital général d’Impfondo et au complexe sportif », s’est réjoui Gilbert Djombo Bomodjo.

Répondant à la question relative aux critiques des originaires de la Likouala, sur l’action du chef de l’Etat dans ce département, le préfet a indiqué qu’ils le font par manque de reconnaissance. « Je demande aux Congolais, plus particulièrement aux ressortissants de la zone, d’éviter de faire le double jeu. Avant de critiquer, il faut faire le point. Nous devons éviter l’ingratitude. Critiquer le président Sassou, c’est être ingrat et ignorant, parce qu’il a fait beaucoup de choses dans cette partie du pays », a-t-il invité, prônant l’unité des filles et fils de la Likouala et la lutte contre le tribalisme dans cette partie du pays. 

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Le préfet de la Likouala, Gilbert Djombo Bomodjo/Adiac

Notification: 

Non