Opinion

  • Éditorial

Mandat

Samedi 13 Février 2021 - 16:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Pour sa présidence à  l’Union africaine(UA), le chef de l’Etat de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, bénéficie d’un contexte intérieur plutôt favorable : depuis quelques mois, ses partisans ont entrepris de lui conférer de larges pouvoirs au sein du parlement et de l’exécutif de son pays naguère dominés par son prédécesseur et ex-allié, Joseph Kabila.

En un temps relativement court, l’autorité morale de Cap sur le changement-CACH- s’est forgée une majorité significative à l’Assemblée nationale avant de mettre en minorité le Premier ministre, Sylvestre Illunga Ilunkamba et le président du Sénat Alexis Tambwé Mwanba issus du Front commun pour le Congo-FCC-. Toutes choses qui concourent à ce qu’il prenne en main l’essentiel des pouvoirs comme ne pouvait le lui conférer le statut de partenaire de seconde main qui était le sien au sein de l’alliance avec le FCC.

Félix Tshisekedi qui attend de désigner ou donner sa caution à l’installation de nouvelles figures à la primature et au parlement pourrait alors s’occuper du lourd dossier de l’UA dans un climat apaisé. On peut dire que s’il avait hérité de ce mandat panafricain sans avoir le contrôle du jeu des alliances au sein des principales institutions de son pays, le président de la RDC aurait eu moins le cœur à l’ouvrage.

La presse a relayé amplement le message du nouveau président de l’UA qui parie sur une Afrique « unie, forte, stable et prospère », face à la pandémie de covid-19 et au nombreux autres défis détectés naguère par les « pères fondateurs » et qui se sont amplifiés au fil des ans : conflits au sein des Etats, dépendance à l’égard de l’extérieur, pauvreté, mal gouvernance.

S’agissant des conflits socio-politiques internes, la République démocratique du Congo est exposée depuis plus de deux décennies aux violences des milices tentaculaires qui sévissent principalement à l’est de ce pays. Il n’est pas certain qu’une année de mandat panafricain suffise pour résorber les crises qui affectent plusieurs régions du continent.

Prions que la présidence Rd-congolaise de l’UA permette à Félix Tshisekedi d’étoffer sa stature continentale et en même temps l’aider à opérer les meilleurs choix possibles dans la gestion de son pays.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 5/3/2021 | 8 mars
▶ 4/3/2021 | A vos marques !
▶ 3/3/2021 | Attention !
▶ 2/3/2021 | Droit à la parole
▶ 1/3/2021 | Leçon
▶ 27/2/2021 | Cela bouge
▶ 26/2/2021 | Osez rêver !
▶ 25/2/2021 | Bon sens
▶ 24/2/2021 | Arguments
▶ 23/2/2021 | Rassurant !