Opinion

  • Le fait du jour

Mbé, Ngabé

Dimanche 26 Février 2023 - 7:23

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Modestes mais célèbres pour leur histoire liée à la royauté téké qu'elles ont en partage, les localités de Mbé et de Ngabé, dans le département du Pool, attirent l'attention des pouvoirs publics. Particulièrement le cas de Mbé, siège éternel du royaume éponyme qu’un dossier de valorisation en vue de son inscription au patrimoine mondial mobilise les partenariats.

Vendredi 24 février, la ministre de l'Industrie culturelle, touristique, artistique et des Loisirs y a conduit une mission en faveur de l'adhésion du royaume à ce projet. Auprès du roi Michel Ganari établi à Mbé et de la reine Ngalifourou, gardienne du « N’Kwembali » à Ngabé, le plaidoyer porté par Lydie Pongault a été plutôt bien accueilli. 

Au parfum au détail près du processus en cours, le souverain téké a manifesté un tel intérêt pour la démarche qu'il a vivement souhaité travailler de concert avec le ministère de l'Industrie culturelle et l'Organisation des Nations unies pour la science, l'éducation et la culture-Unesco- Il s'est réjoui, par ailleurs, de la présence du coordonnateur du système des Nations unies au Congo, Chris Mburu.

Sans parler en termes de préalables, le Makoko qui sait, par ailleurs, que le processus d’inscription a besoin d’être bien conduit, estime impérieux de répertorier tous les sites historiques  de son royaume afin de les sécuriser. Il a particulièrement insisté sur la préservation des forêts « sacrées », jusque-là vierges qui ne doivent en aucun cas être détruites pour des activités diverses.

À Mbé, les reliques de la présence coloniale sont nombreuses mais exposées aux intempéries. Le bâtiment tenant lieu de bibliothèque nécessite une réhabilitation tout comme les archives qui y sont emmagasinées dans des conditions précaires. De l’acte portant cession à l’Etat français des terres téké en 1880 affiché sur un tableau imposant aux photos de l’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza et des dignitaires du royaume, il y a de la matière pour appuyer le dossier de Mbé. 

Il est vrai aussi que parés de leurs atours royaux, le roi et la reine symbolisent à eux seuls cette richesse ancestrale irremplaçable en terres téké. Ils reçoivent leurs hôtes dans leurs fiefs respectifs sous l’assistance de leurs ministres et proches et vous transmettent le sublime message de leur attachement aux symboles légués par les aïeux de génération en génération.

Pour l’Etat congolais engagé dans la noble bataille de l’inscription du domaine de Mbé au patrimoine mondial, le travail est exaltant. Il devra à la fois reconstituer la mémoire matérielle que les nombreuses crises sociopolitiques des années passées ont rudement éprouvée et bâtir des infrastructures modernes pour répondre à la dimension culturelle et touristique du projet. 

Sans oublier que Mbé et Ngabé ont pour ce projet-là quelque chose d’inséparable. Justement le royaume! On imagine que ce qui se fera au siège du roi aura des répercussions positives dans la localité où vit la reine, la ngantsibi, responsable de l’initiation des souverains.

Gankama N’Siah

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Le fait du jour : les derniers articles
▶ 11/6/2024 | UA, bouge-toi!
▶ 2/6/2024 | Tout banal?
▶ 25/5/2024 | A quelque chose...
▶ 20/5/2024 | Souverainismes
▶ 3/6/2024 | Gabon: 600 témoignages
▶ 13/5/2024 | Demandez le casque