Opinion

  • Éditorial

Menaces

Mardi 1 Décembre 2020 - 18:51

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ce qui se passe actuellement dans la Corne de l’Afrique où l’Ethiopie se déchire en tentant de mettre au pas l’Etat régional du Tigré et provoque de ce fait des tensions dangereuses avec le Soudan et l’Erythrée était, hélas !, prévisible. Nous l’avions écrit ici même à plusieurs reprises en soulignant le fait que les équilibres fragiles établis non sans mal ces dernières décennies dans cette partie du continent voleraient en éclats si par malheur un accord n’était pas trouvé rapidement entre les frères ennemis d’Addis-Abeba et de Makalé.

Il est clair malheureusement que pour des raisons difficilement compréhensibles les autorités d’Addis-Abeba ne tiennent aucun compte des conseils qui leur sont donnés par la communauté africaine dans son ensemble, mais aussi par la communauté internationale qui tire depuis des semaines la sonnette d’alarme sans être entendue. Une surdité, un aveuglement qui laisse malheureusement prévoir le pire à brève échéance.

Le pire est d’abord, bien sûr, la crise humanitaire que provoque ce conflit au sein même du peuple éthiopien avec comme conséquence la fuite précipitée  vers les pays voisins de dizaines de milliers de familles dépourvues de tout et donc menacées de mort. Le pire est ensuite la déstabilisation d’une des régions les plus peuplées du continent qui pourrait être l’une des plus riches, des plus prospères de ce même continent, étant donné l’ampleur des ressources naturelles qu’elle détient et sa proximité avec la Mer Noire qui est l’un des points de passage obligé entre le nord et le sud, entre l’Asie et l’Europe. Le pire est enfin l’extension, probable si ce conflit n’est pas réglé rapidement, de la crise vers l’Afrique centrale qui se trouve elle-même déstabilisée comme le montrent la crise interminable qui divise la Centrafrique et les tensions ethniques qui se perpétuent dans l’Est de la République démocratique du Congo.

S’il est une priorité que l’Afrique tout entière doit se fixer dans un tel contexte c’est bien de tout mettre en œuvre pour aider le peuple éthiopien à trouver rapidement une issue pacifique à la crise qui le dévaste. Pour éviter aussi qu’Addis-Abeba, capitale de l’Union africaine, ne sombre elle-même dans le désordre et devienne de ce fait un lieu infréquentable parce que dangereux. Convenons-en  l’enjeu est immense à tous égards.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 8/3/2021 | Remarquable !
▶ 6/3/2021 | Sprint final
▶ 5/3/2021 | 8 mars
▶ 4/3/2021 | A vos marques !
▶ 3/3/2021 | Attention !
▶ 2/3/2021 | Droit à la parole
▶ 1/3/2021 | Leçon
▶ 27/2/2021 | Cela bouge
▶ 26/2/2021 | Osez rêver !
▶ 25/2/2021 | Bon sens