Numérique : les jeunes demeurent le pilier de l’innovation

Mercredi 25 Novembre 2020 - 17:52

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’économie numérique nécessite de plus en plus l’implication des jeunes start-ups congolaises et africaines. En témoigne les échanges de la table ronde dédiée à la problématique de l’innovation en Afrique à laquelle le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Léon Juste Ibombo,  a pris part le 25 novembre, par visioconférence.

Organisée par le CIO Mag, magazine lié à la technologie et à l'informatique, la rencontre s’est inscrite dans le cadre de la 9ème édition des assises de la transformation digitale en Afrique (ATDA). L’objectif étant d’échanger sur les questions liées à l’innovation numérique en Afrique.

Selon le ministre Léon Juste Ibombo, le secteur numérique est porteur et les jeunes sont le pilier de l’innovation. Pour lui, la politique du gouvernement en ce qui concerne l’innovation se résume en deux phases à savoir l’accompagnement de l’Etat dans l’innovation et la facilitation du ministère.

En effet, le continent africain sous l'impulsion des chefs d’Etat, a mis pour l'Agenda 2063, l’accent sur les sciences, la technologie et l'innovation comme leviers importants de renforcement des capacités pour l'atteinte des objectifs de développement et de transformation économique.

« La couche juvénile est indispensable dans l’innovation. Aussi, nous ne pouvons pas parler de la transformation digitale sans infrastructures adéquates. Au Congo, nous avons l’infrastructure numérique et la fibre optique qui permettent la facilitation de l’entrepreneuriat dans ce secteur. Le Congo est donc un pays très attractif », a déclaré le ministre Ibombo.

Il a fait savoir que le gouvernement a mis en place certains dispositifs pour favoriser l'éclosion du secteur numérique, une stratégie Congo vision digital 2025 a été approuvée fondée sur trois piliers que sont l’e-citoyen, l’e-gouv et l’e-business.

« Notre plan d’actions s’appuie sur plusieurs axes que sont les infrastructures, le cadre juridique, le développement de contenus numériques locaux, le renforcement des capacités, la confiance numérique et le développement de services à valeur ajoutée », a indiqué Léon Juste Ibombo

D’après lui, plusieurs autres actions ont été prises par le gouvernement congolais en vue de promouvoir le développement de l’innovation technique et technologique. Il s’agit, entre autres, d’un arsenal juridique promulgué pour protéger les libertés individuelles dans l’espace numérique et les systèmes d’informations, la ratification de la Convention de l’Union africaine sur la cyber sécurité et la protection des données à caractère personnel, l'interconnexion en réseau fibre optique entre d'une part le Congo et le Cameroun en cours d'achèvement, et d'autre part le Congo et la RCA, la Grande école numérique du Congo lancée en 2016.

« Nous sommes en pourparlers pour ratifier la convention de l’Union européenne sur la cybercriminalité. Sans discontinuer, mon pays poursuit, malgré les effets induits de la Covid-19, sa construction en infrastructures critiques. La crise démontre clairement que le numérique n'est pas un luxe mais une nécessité. », a-t-il dit.

Gloria Imelda Lossele

Légendes et crédits photo : 

Le ministre Léon Juste Ibombo en visioconférence/ Adiac

Notification: 

Non