Opinion

  • Éditorial

Opposition

Lundi 31 Mai 2021 - 19:08

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Même si elle n’en a apparemment pas conscience l’opposition, toutes tendances confondues, a aujourd’hui chez nous de fortes opportunités pour se faire mieux entendre par la société civile et par conséquent de bien préparer les élections qui marqueront l’année 2022. D’une part, en effet, elle peut, ou plutôt elle doit vérifier si les promesses énoncées par la majorité présidentielle sont réellement tenues et, d’autre part, elle est écoutée avec la plus grande attention par le nouveau gouvernement dont le Premier ministre,  Anatole Collinet Makosso, est lui-même convaincu de la place essentielle que l’opposition occupe dans tout système démocratique qui se respecte.

 

N’ayant pas été capable de s’unir, ou au moins de se coaliser lors de l’élection présidentielle la nôtre a été laminée par les électeurs qui ont considéré à juste titre qu’elle n’avait aucun leader capable de réunir les différentes formations qui la constituent et qui, de ce fait, ne pouvait pas l’emporter sur le candidat-président Denis Sassou N’Guesso. D’où le très faible nombre de citoyennes et de citoyens qui, le 21 mars, ont déposé leur bulletin dans l’urne en faveur de ses candidats.

 

Sortie assommée du scrutin présidentiel, l’opposition n’a visiblement pas conscience de l’opportunité que lui offrent les scrutins à venir. Ceci alors même que ces scrutins peuvent lui permettre de se reconstruire en resserrant ses rangs, en mettant un terme à ses dissensions, en faisant entendre sa voix et ses projets sur toute l’étendue du territoire national, en construisant un programme crédible que ses élus viendront défendre au sein de toutes les assemblées. Autant d’actions qui peuvent être menées avec efficacité dès lors que ses leaders s’entendent sur l’essentiel, c’est-à-dire l’affirmation de leur unité et de leur volonté d’œuvrer ensemble pour résoudre les problèmes auxquels se heurte aujourd’hui notre pays, le Congo.

 

Le quinquennat qui débute s’avérant d’ores et déjà décisif en raison des obstacles qu’il va falloir franchir sur la voie du progrès collectif il est important, pour ne pas dire essentiel, qu’un véritable dialogue démocratique s’engage entre l’opposition et la majorité dans toutes les instances électives. Mais cela ne sera possible que si les leaders de l’opposition mettent en sourdine leurs différends et calment les ambitions personnelles qui les empêchent aujourd’hui de parler d’une seule et même voix sur la place publique. Un défi qui n’a rien d’insurmontable dès lors que l’intérêt collectif l’emporte sur l’intérêt égoïste dans la tête de chacun.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 17/6/2021 | Ndji-Ndji
▶ 17/6/2021 | Valeurs
▶ 17/6/2021 | Fardeau
▶ 15/6/2021 | Dans le bon sens
▶ 14/6/2021 | Equilibre
▶ 12/6/2021 | Tensions
▶ 11/6/2021 | Fleuve Congo
▶ 10/6/2021 | Jeu de tweets
▶ 8/6/2021 | Emploi
▶ 7/6/2021 | Conseil de sécurité