PCT : Faustin Elenga appelle à la mobilisation générale

Jeudi 8 Octobre 2020 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Elu le 7 octobre à la tête de la fédération du PCT-Brazzaville à l’issue d’une assemblée générale, Faustin Elenga a appelé l’ensemble des animateurs du parti au niveau local à la mobilisation en vue des futures batailles politiques.

 « Il nous faut de la communication politique.   En d’autres termes, savoir parler à tout le monde et à chacun et vice versa », ainsi s’exprimait-il à l’issue de son élection avant d’ajouter, « Nous devons savoir communiquer pour conforter notre électorat même le plus indifférent.  Cela est possible si les responsables du parti que nous sommes à tous les niveaux utilisons de la pédagogie, des méthodes d’innovations notamment les langues populaires pour faire entendre notre voix . C’est ce qu’on appelle la campagne de proximité »..

 Pour cela, a-t-il renchéri, tous les comités PCT de la fédération doivent savoir qu’ils sont investis d’une grande mission,  à savoir être  des porteurs de bonnes nouvelles d’espoir pour le parti.

Faustin Elenga est longuement revenu sur les orientations stratégiques du président du comité central du PCT qui appelle à un parti qui soit une force de réflexions, d’analyses et de propositions, capable d’appuyer l’action du gouvernement.

« Les élections ne se gagnent pas dans les bureaux  mais sur le terrain. Il nous faut occuper le terrain pour espérer toujours gagner », a-t-il signifié.

Le nouvel élu a, en outre, exhorté l’ensemble des dirigeants du parti à promouvoir l’ordre, l’unité et la cohésion.

« La fédération de Brazzaville et l’île Mbamou avaient pris l’engagement de faire que le leader du parti soit élu dès le premier tour de l'élection présidentielle de 2021. On ne peut atteindre un tel objectif que si chacun, de la base au sommet ou du sommet à la base, dans son arrondissement, dans son village, prend le courage de connaître les faiblesses du parti pour relever les défis », a-t-il renchéri.

Le  Conseil fédéral comprend 337 membres, dont 11 au secrétariat et une Commission fédérale de contrôle et d’évaluation de cinq membres dirigée par le sénateur Théophile Adoua.

 

 

 

 

Jean Jacques Koubemba

Légendes et crédits photo : 

Photo : Faustin Elenga

Notification: 

Non