Réorganisation du Palu : Dorothée Gizenga reçoit le plébiscite de la base du parti et des chefs coutumiers

Lundi 30 Novembre 2020 - 16:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les militants du Palu et les détenteurs du pouvoir coutumier reconnaissent en la fille du patriarche Antoine Gizenga Fundji le pouvoir de redonner vie au parti politique et de maintenir la flamme laissée par son défunt père et tous les autres pères fondateurs de cette formation politique.

Plusieurs centaines de militants et cadres du Parti lumumbiste unifié (Palu) et près de trois dizaines de chefs coutumiers venus du Grand Bandundu et de Kinshasa ont pris part à la matinée politique organisée, le 28 novembre, au terrain municipal de Masina, dans la Tshangu, dont l’oratrice principale a été la fille du patriarche Antoine Gizenga et coordonnatrice de la commission d’organisation du congrès de cette formation politique, Dorothée Gizenga.

Cette activité été l’occasion pour ces militants et cadres du Palu ainsi que ces détenteurs du pouvoir coutumier de réaffirmer leur soutien en la fille du patriarche pour la réorganisation de ce parti.  « Nous, la base et les militants, avons beaucoup été abusés par ces cadres, qui nous ont utilisés comme leur marchepied. Sous votre conduite, nous ne voulons plus vivre ces choses », ont-ils dit à Dorothée Gizenga. Nous sollicitons, ont-ils ajouté, sous votre gouvernance, un autre regard. Nous voulons la vérité.

Pour les secrétaires provinciaux (Prosec), tous les cadres de base ainsi que les militants présents à Masina, c’était un seul langage. Tous, ils reconnaissent en Dorothée Gizenga la personne par qui passera la réorganisation du Palu en vue d’assurer sa force et son efficacité. Les grands chefs coutumiers venus de la terre de Kukupemba à Kikwit, dans le  grand Bandundu, et ceux qui sont venus de différentes contrées de Kinshasa ont fait une cérémonie coutumière, en faisant faire à Dorothée Gizenga le tour du stade municipal et en scandant une chanson disant : « Sors dans la rue que ta communauté et le monde te voient », appelant ainsi l’élue à se montrer à ceux qu’elle est appelée à conduire. Ces chefs coutumiers, notant que le dédoublement des partis politiques est prohibé par la loi et les autorités du pays, ont ainsi rassuré que « le Palu ne va pas mourir ».

Défi au camp Makiashi

Confirmant leur soutien à la fille du patriarche Gizenga, qui a la charge de l’organisation du congrès dont l’un des missions consiste à doter ce parti d’un secrétaire général élu, ces militants et cadres du Palu ont défié ceux qui ont promis de bloquer Dorothée Gizenga dans cette démarche de la réorganisation de cette formation politique. « Ces gens qui veulent transformer le martyr de Gizenga en leur marché ont dit que maman Dorothée ne viendra pas ici à Masina en nous promettant de bloquer ce processus. Aujourd’hui, nous leur avons prouvé le contraire avec sa présence sur notre terre », a indiqué le Prosec de Tshangu 2, Alphonse Muamba Kasonga, dans son mot de bienvenue.

L’ancien secrétaire permanent du Palu, Remy Mayele, lui, a rappelé que le patriarche Antoine Gizenga n’a jamais prôné la tricherie, le vol et la trahison. A l’en croire, le Palu reste un et indivisible. « Gizenga ne nous a jamais appris à tricher, ni à voler moins encore à trahir le pays ni le parti. …Il n’y a pas de Palu de Makiashi ni de Mayobo. Le Palu, c’est ce que nous sommes en train de réorganiser ici. Le Palu reste un, unique et indivisible », a-t-il appuyé.

Vivement le congrès inclusif

Prenant la parole, Dorothée Gizenga insiste sur l’organisation du congrès, la seule voie pour doter le Palu d’un secrétaire général et ainsi assurer sa réorganisation. La fille du patriarche Gizenga rassure ainsi sa détermination pour « le Palu un, unique et indivisible ». Remerciant cette base de la Tshangu et tous ces militants venus d’à travers Kinshasa pour lancer cette démarche de la réorganisation du Palu, la coordonnatrice de la commission chargée de l’organisation du congrès du Palu rappelle à cette base et les cadres du Palu que ce travail visant à maintenir la flamme léguée par Antoine Gizenga doit être fait avec eux. « Je vous remercie pour le Palu un et unique. C’est vous qui êtes le vrai Palu. Notre victoire commence avec un Palu un et unique », a-t-elle lancé.

Dorothée Gizenga en rassembleuse a lancé un appel à toutes les filles et tous les fils du Palu, même ceux qui ont quitté la barge, pour  retourner à la « maison ». « Il ne faut pas vous tromper ; nous ne sommes pas dehors, nous ne sommes pas dans la rue, nous sommes tous les enfants d’Antoine Gizenga. Nous avons besoin, les uns des autres, du Palu. Notre travail est d’appeler les autres pour le Palu un et unique. Même si vous étiez à la réunion du 11 novembre, au centre Nganda et si vous avez compris que vous étiez dans l’erreur, la porte est ouverte », a-t-elle dit.

Retraçant la vie du Palu après la mort du patriarche Gizenga, Dorothée Gizenga note que la division constatée au sein du bureau politique n’est pas un héritage du patriarche. « Antoine Gizenga n’a pas divisé le bureau politique, ils se sont divisés eux-mêmes. Et, il fallait que quelqu’un prenne la responsabilité de remettre le Palu dans les rails. Heureusement que Lugi avait nommé la coordonnatrice de la commission chargée de l’organisation du congrès », a-t-elle expliqué.

Dorothée Gizenga relève, par ailleurs, le constat malheureux sur des agendas cachés fait après avoir accompagné le groupe de huit cadres du Palu, dont notamment la tricherie dans la liste de participants au congrès. A l’en croire, c’est ce qui l’a poussée à se séparer de ce dit groupe. « Nous nous sommes retirés et avons demandé à chacun et à tous de tout sursoir pour un congrès inclusif mais, ils ont continué dans la tricherie jusqu’à organiser ces assises qu’ils ont appelées congrès », a-t-elle fait savoir. Maintenat, a-t-elle déploré, ils continuent dans la tricherie, en voulant s’accaparer de tous les sièges du parti. La fille du patriarche Gizenga en appelle ainsi à ceux qui détiennent le pouvoir à la base de ne pas se laisser détrôner par ces « tricheurs ». Face à cette détermination de certains cadres de ce parti de s’asseoir sur la chaise d’Antoine Gizenga, Dorothée Gizenga appelle la base du Palu à rester ferme dans leur crédo et à ne pas céder, quel que soit le temps que cette lutte va prendre.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Dorothée Gizenga dans une sorte de passage des troupes en revue conduite par les chefs coutumiers/Adiac Photo 2: les militants du Palu attentifs au message de Dorothée Gizenga/Adiac

Notification: 

Non