Opinion

  • Éditorial

Serment

Vendredi 9 Février 2024 - 9:16

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Chez les médecins, le serment d’Hippocrate est fondateur de la déontologie médicale et rappelle la première préoccupation de ce corps de métiers, à savoir soigner les patients tant du point de vue physique que mental.

Loin de pointer du doigt l’ensemble de la communauté de ces femmes et ces hommes en blouse blanche desquels dépendent des vies humaines, il n’est cependant pas rare de constater chez certains pratiquants l’inobservation de ce principe sacrosaint. Souvent dénoncés dans leurs pratiques, de nombreux médecins n’ont plus la confiance de la population.

Les récriminations dont ils sont souvent l’objet de la part des malades qui les affublent, à tort ou à raison, de tous les noms d’oiseaux, confortent les mauvaises pratiques dénoncées publiquement, en particulier à l’hôpital de Talangaï, à Brazzaville. 

La situation qui s’étend à d’autres structures hospitalières du Congo interpelle l’ensemble de la profession qu’elle invite à se remettre en cause pour espérer regagner la confiance et redonner le sourire aux patients désabusés.

A l’instar d’autres métiers, le respect de la déontologie professionnelle devrait guider leur bon sens dans ce sacerdoce. L’Etat aidant, la relance des conseils de discipline dans les administrations publiques pourrait dissuader ceux-là même qui ternissent la profession de médecin.

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 23/2/2024 | Gangrène
▶ 22/2/2024 | Fraudeurs
▶ 21/2/2024 | « Alima »
▶ 22/2/2024 | Nos enfants à l'école
▶ 15/2/2024 | Remise à plat
▶ 15/2/2024 | Rire écolo !
▶ 15/2/2024 | Se projeter
▶ 12/2/2024 | Manuels
▶ 10/2/2024 | ça se passe à l'école
▶ 9/2/2024 | Eclairage