Sous-préfecture de Boko : des producteurs agropastoraux saluent l’apport du Pdac

Mardi 17 Novembre 2020 - 13:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

C’est le constat fait dans la sous-préfecture de Boko, dans le département du Pool, où plusieurs coopératives bénéficiaires de l’appui financier ont pu relancer leurs activités.

Implantés dans les localités de Voka, Kimpandzou, Boko-village et Mandombé, dans la sous-préfecture de Boko, département du Pool, les producteurs agropastoraux se disent satisfaits de l’apport financier reçu du Projet d'appui au développement de l’agriculture commerciale (Pdac) pour la relance de leurs activités respectives.

A l’occasion d’une visite de différents groupements et coopératives, le 16 novembre, en marge des cérémonies de lancement des travaux de réhabilitation et de réception des pistes agricoles par le Pdac, ces femmes et hommes qui œuvrent dans les domaines de l’élevage et de l’agriculture ont exprimé leur gratitude pour l’aide reçue et sans laquelle il serait difficile d’assurer leur survie.

Spécialisées chacune dans un domaine donné, notamment l’élevage des petits ruminants, l’élevage porcin et bovin, la pisciculture, les cultures de manioc et de la banane, l’arboriculture fruitière, la pêche et l’aviculture, ces coopératives ont chacune bénéficié du Pdac des financements à hauteur de 80% pour développer leurs activités respectives.

En effet, créée depuis octobre 2015, la coopérative Mbalou, située à Mbalou, près de Voka compte à ce jour parmi celles ayant tiré des dividendes considérables de cet appui, en témoigne le développement des activités constatées sur le terrain.

« A près de deux mois de la fin du processus d’accompagnement, nous pouvons dire que le pari est tenu avec le Pdac au regard de l’évolution de nos réalisations actuelles », a indiqué le président de ce groupement.

Selon lui, grâce à cet appui (18 millions FCFA), sa coopération a pu diversifier ses activités et compte à ce jour 12 hectares pour les activités agricoles, 30 étangs pour la pisciculture et 9 bâtiments pour l’aviculture.

Avec un cheptel de 1700 poulets, la coopérative Mbalou déplore, cependant, une baisse de son chiffre d’affaires du fait de la crise sanitaire causée par la Covid-19 qui n’a épargné aucun secteur.

Quant à la coopérative de Voka spécialisée dans l’élevage porcin, elle a pu, à travers un plan d’affaires de 20 millions, dont 2 millions issus de ses membres, acquérir 20 truies et 2 verrats ayant permis d’accroître sa production porcine.

 

Guy-Gervais Kitina

Légendes et crédits photo : 

La ferme porcine de la coopérative de Voka; Une vue de la production avicole de Mbalou/Adiac

Notification: 

Non