Opinion

  • Éditorial

Succession

Mardi 13 Juillet 2021 - 19:21

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Même si personne, au sein de l’Etat du Vatican, n’ose évoquer publiquement cette hypothèse, le débat concernant la succession du pape François est bien réel dans la Curie romaine. Il l’est d’autant plus que le Souverain pontife, qui est la plus haute autorité de l’Eglise catholique, ne cache ni sa fatigue physique ni l’usure morale que génère en lui la remise en ordre de l’institution bimillénaire dont il a pris la direction le 13 mars 2013, il y a donc un peu plus de huit ans.

 

Opéré du colon, sous anesthésie générale, dans les services de l’Hôpital universitaire A Gemelli le 4 juillet, le pape François n’a toujours pas regagné son appartement au cœur de la Cité du Vatican. Si rien ne prouve pour l’instant qu’il ne reprendra pas ses activités dans les jours ou les semaines à venir, cette absence plus longue que prévue suscite une inquiétude qui n’a rien d’artificielle ni d’attentatoire à son autorité, mais qui pose dès à présent la question de son maintien au pouvoir. Exactement comme ce fut le cas pour son prédécesseur, Benoit XIV, qui renonça au trône de Pierre en 2013 et qui vit depuis dans le Monastère du Vatican.

 

Certes rien n’est encore joué pour le pape François, mais les tensions qui règnent au sein de la Curie Romaine du fait de la mise en ordre des finances du Vatican, du débat sur le célibat des prêtres et sur le rôle des femmes dans la célébration des cérémonies, de la modernisation de la gouvernance de l’Eglise, de l’influence croissante des communautés chrétiennes  du grand Sud, de la lutte contre les abus auxquels se livrent des prêtres, de l’abaissement continu des vocations en Europe, ces tensions sont telles que seule une force morale et physique peut les combattre. Et ce n’est visiblement plus le cas pour le pape François même si, officiellement, rien n’a changé dans sa maîtrise de lui-même.

 

La question que se posent les observateurs du Vatican à propos de la personnalité qui pourrait succéder au pape François concerne la place que l’Eglise catholique doit donner à l’Afrique, continent où vit désormais la plus grande communauté chrétienne du globe ; elle concerne donc très directement le rôle qui doit lui revenir dans la gouvernance du Vatican. Exactement comme cela s’est produit avec l’Amérique latine lorsque la Curie romaine choisit l’archevêque de Buenos Aires, le Jésuite Roger Mario Bergoglio, pour succéder au pape Benoît XVI.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/7/2021 | Hommages
▶ 23/7/2021 | Ponctualité
▶ 22/7/2021 | Racisme !
▶ 21/7/2021 | Tassement
▶ 20/7/2021 | Aménagement
▶ 19/7/2021 | Remise en ordre
▶ 17/7/2021 | Dette intérieure
▶ 15/7/2021 | Civisme
▶ 14/7/2021 | Ecouter le Congo
▶ 13/7/2021 | Succession