Opinion

  • Éditorial

Unité

Jeudi 26 Novembre 2020 - 19:24

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


L’image que projette indiscutablement du Congo la Concertation de Madingou qui a débuté mercredi et s’achève aujourd’hui est bien celle d’un pays qui se trouve confronté, certes, à de sérieux problèmes intérieurs mais qui demeure uni. Elle apporte de ce fait une réponse claire à celles et ceux qui prédisaient qu’à l’approche des grands scrutins de 2021 – élection présidentielle –  et 2022 – élections législatives – l’opposition et la majorité se déchireraient au risque d’aggraver les tensions sociales provoquées par la double crise économique et sanitaire dont nous subissons tous durement les effets.

Si les différentes formations politiques présentes à Madingou ont affiché clairement leurs différences en ce qui concerne la gouvernance interne et les décisions à prendre pour sortir le Congo de l’impasse dans laquelle les difficultés présentes l’ont enfermé temporairement, elles ont aussi marqué de façon claire leur volonté de progresser sur la voie de la démocratie. Autrement dit de tout faire pour que le processus engagé au sortir des guerres civiles de 1997 et 1998 se poursuive, voire même s’accélère.

Alors que de nombreux pays de par le monde sont ébranlés par la terrible crise sanitaire, économique, financière, sociale générée par la pandémie de coronavirus le Congo, notre Congo, démontre que les difficultés auxquelles il se trouve confronté bien malgré lui ne remettent pas en question son unité intérieure et donc sa capacité à franchir les obstacles dressés sur sa route. Une démonstration qui devrait amener les institutions internationales à mieux l’accompagner dans la remise en ordre de ses finances publiques et les investisseurs à jouer plus résolument la carte du développement économique au côté de l’Etat congolais.

Les évènements à venir, en 2021 et 2022, diront si le pronostic énoncé ici est juste ou faux, mais la concertation politique de Madingou envoie un signal fort à la communauté internationale dans son ensemble. Ce signal est celui de la maturité d’une classe politique qui a pris la mesure de l’importance de la stabilité des institutions, du maintien de l’unité du pays, de la nécessité de l’échange et du dialogue, du strict respect des règles démocratiques sur lesquelles notre nation s’est reconstruite. Et tout indique aujourd’hui qu’il sera confirmé dans les semaines et les mois à venir.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 27/1/2021 | Soif de victoire
▶ 26/1/2021 | Programmes
▶ 25/1/2021 | Clarté
▶ 25/1/2021 | Rien n'est joué
▶ 22/1/2021 | Observons …
▶ 21/1/2021 | Allez les Rouges!
▶ 20/1/2021 | Espérons …
▶ 18/1/2021 | Ajouts sur la liste
▶ 15/1/2021 | Modèle ?
▶ 14/1/2021 | Prises de parole