Afrique : les flux de fonds financiers illicites estimés à plus de cinquante milliards de dollars

Mercredi 1 Juillet 2020 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le rapport sur « la transparence fiscale en Afrique » évoque la fourchette entre cinquante et quatre-vingts milliards. Autre révélation, 44 % du patrimoine financier africain seraient détenus à l’étranger, entraînant des pertes en recettes fiscales de l’ordre de dix sept milliards d’Euros.

Très attendu, le rapport ne fournit pas que des chiffres accablants pour le continent africain qui serait d’ailleurs, à en croire leurs auteurs, « en train de progresser dans la lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment d’argent ». En effet, ils ont participé « grandement » au partage d’informations sur les flux de fonds illicites, réaffirmant ainsi leurs engagements et renforçant par la même occasion leurs capacités de parvenir à la transparence fiscale, poursuit le Rapport.

Mais que faut-il savoir sur le document ? D’abord, il est publié annuellement par l’Initiative Afrique du Forum mondial sur la transparence et l’échange d’informations à des fins fiscales, l’Union africaine et le Forum sur l’administration fiscale en Afrique. L’on parle de la rédaction du document en collaboration étroite avec la Banque africaine de développement. Son importance est d’aider les décideurs de trente pays membres du Forum mondial et trois pays tiers, en l’occurrence l’Angola, la Guinée Bissau et le Malawi, à s’attaquer plus efficacement à la lutte contre les flux des fonds illicites.

Sur le plan des résultats effectifs, il convient de noter des progrès notables sur au moins deux piliers stratégiques de l’Initiative Afrique. En dehors des engagements plus forts dans les politiques fiscales, il y a le renforcement des capacités en matière de transparence fiscale et d’échanges d’informations. Nombre d’analystes insistent également sur l’efficacité des outils de partage et d’échanges actuels. En chiffres, cinq pays d’Afrique ont comptabilisé près de douze millions de dollars de revenus supplémentaires et huit pays ont recueilli cent quatre-vingt-neuf  millions de dollars de revenus supplémentaires entre 2014 et 2019, conclut le Rapport.

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non