Agriculture: les rendements de l'Afrique risquent de baisser de 20% d'ici à 2050

Mardi 12 Novembre 2019 - 12:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Produire suffisamment pour nourrir un continent qui se réchauffe, tout en préservant l'environnement, tel est le défi que se lancent les ministres africains de l'Agriculture, réunis au Maroc.

Il y a urgence, selon les experts, sachant que l'Afrique risque de connaître, d'ici à 2050, une décroissance de 20% sur ses rendements agricoles, avec la dégradation des sols et la désertification provoquées par inondations et sécheresses. Dans le même temps, sa population pourrait doubler.

Le continent est victime de chocs climatiques répétés, souligne Seyni Nafo, ambassadeur des pays africains auprès des conférences internationales sur le climat, les COP. Dernier exemple en date, une partie de la Centrafrique est noyée sous les inondations. Dans le même temps, en Afrique australe, la sécheresse fait planer une menace de famine sur quarante-cinq millions de personnes, a indiqué l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. "Six des dix pays les plus vulnérables au climat sont situés en Afrique, qui possède, par ailleurs, deux tiers des terres arables disponibles dans le monde", relève Seyni Nafo, secrétaire général de la fondation Adaptation of african agriculture to climate change.

L'augmentation de la production agricole et alimentaire est d'autant plus cruciale que les disettes engendrent des déplacements de population, des violences et bouleversements politiques. Au Soudan, les premières manifestations, début 2019, sont venues d'un triplement du prix du pain et d'une "pénurie de farine", note Nafo. En Afrique subsaharienne, les premiers exodes massifs de Touaregs du nord du Mali ont eu lieu après de grandes sécheresses et une dégradation des ressources naturelles dans les années 1970, rappelle-t-il. Par ailleurs, aucune solution durable ne pourra être trouvée au Sahel, frappé par une montée des conflits intercommunautaires (sédentaires contre nomades notamment), en plus d'une flambée de violences jihadistes, si la question de fond de la production agricole n'est pas traitée, relève un expert de l'Agence française du développement, interrogé. "Il faut rendre l'agriculture et l'élevage plus résilients face au climat, sinon on va au devant de grandes catastrophes. L'option militaire ne peut pas être une solution unique", ajoute-t-il.

Une révendication légitime des Africains

Selon lui, "l'intégrisme religieux" et le jihadisme ont leur "propre dynamique". Mais la pression sur les ressources comme au lac Tchad, par exemple, qui a "beaucoup rétréci en quarante ans", constitue un "terreau fertile" pour la violence et pour les migrations de population. La revendication des Africains, qui entendent développer eux-mêmes leur agriculture, se fonde aussi sur le fait que le continent émet beaucoup moins de gaz à effet de serre que les autres (à peine 4% du total).

A quelques semaines de la prochaine conférence sur le climat, la COP25 (du 2 au 13 décembre 2019) à Madrid, en Espagne, les débats, auxquels participent aussi les bailleurs de fonds internationaux, scientifiques et ONG, porteront sur quatre grands thèmes : la gestion des sols, ou comment retenir le carbone tout en améliorant la fertilité des sols dégradés; la gestion des ressources en eau, en particulier comment généraliser une irrigation goutte-à-goutte pour économiser l'eau tout en améliorant les rendements, y compris sur de toutes petites exploitations familiales, les plus vulnérables au changement climatique; la gestion des risques climatiques via des systèmes d'alerte précoce recourant au numérique, aussi bien pour la production, via les données météo, que pour la gestion des récoltes et leur commercialisation; l'accès des agriculteurs au financement, via notamment la "bancarisation mobile", et des Etats via la finance verte et l'émission possible d'obligations vertes pour financer des investissements durables.

D'ores et déjà, quatre pays ont élaboré des plans d'investissements prioritaires, de trois cents à quatre cents  millions de dollars chacun : Côte d'Ivoire, Mali, Maroc et Zambie.

Noël Ndong

Notification: 

Non