Braconnage : le parquet de Brazzaville va auditionner quatre présumés délinquants fauniques

Mardi 27 Août 2019 - 14:57

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le bureau de liaison national Afripol, une agence de police criminelle, en collaboration avec le Fonds mondial pour la nature (WWF) et la direction départementale de l’économie forestière a déféré, le 26 août au parquet de Brazzaville, deux militaires et deux civils pour complicité et tentative de commercialisation de pointes d’ivoires et une queue de buffle.

Les services de police affirment avoir reconnu l’un deux qui s’est évadé de la Maison d’arrêt de la préfecture d’Owando pour les mêmes faits. Au terme d’une perquisition, sept chargeurs de Kalachnikov, une queue de buffle et quatre pointes d’ivoires pesant plus de quinze kilogrammes, soit une valeur marchande équivalent à environ sept cent mille francs CFA au Congo, ont été saisis.

Ces pointes d’ivoires seraient venues de la Sangha et de la Cuvette-Ouest, deux départements épicentre du braconnage d’éléphants, à en croire les sources précitées. Néanmoins, la culpabilisation de ces derniers sera établie par le tribunal de grande instance de Brazzaville au terme d’un jugement équitable, basé sur les faits, le respect des codes déontologiques et les conventions internationales en matière de faune dont le Congo a ratifié.

Très en colère, le commissaire, colonel de police chef de service du bureau de liaison national Afripol, Joseph Ikenga, a indiqué : « Ils doivent être présentés au procureur de la République. Nous ne cesserons de travailler pour de telles opérations. Nous interpellons tous à respecter la loi car il est interdit de commercialiser certains produits d’espèces fauniques protégées ».  

Rappelons que l’éléphant et le buffle sont deux espèces animalières protégées c’est-à-dire qui bénéficie d'un statut de protection légale pour des raisons d'intérêt scientifique ou de nécessité de préservation du patrimoine biologique. Il s'agit généralement d'espèce menacée dont le braconnage, le transport, les manipulations, et parfois l'approche ou la photographie sont au moins temporairement interdits, sauf autorisation dérogatoire spéciale. En général, le transport et le commerce des espèces concernées sont interdits sous toutes leurs formes : morts ou vivants, œufs, larves, sous-produits, viandes, etc.  

 Afripol est une agence africaine de police criminelle qui facilite l'échange de renseignements entre polices nationales en matière de criminalité internationale, de terrorisme, de stupéfiants ou de trafic d'armes au sein de l'Afrique.

Fortuné Ibara

Légendes et crédits photo : 

Vue partielle des présumés braconniers et leurs butins/Adiac

Notification: 

Non