Coopération : réchauffement de l’axe Berlin-Kinshasa

Mercredi 12 Août 2020 - 16:41

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Des investisseurs allemands annoncent déjà à Kinshasa la matérialisation de la coopération dans le domaine ferroviaire et énergétique dès la semaine prochaine.

L’offensive de charme lancée par le président Félix-Antoine Tshisekedi, au lendemain de sa prise de pouvoir, auprès des investisseurs européens, commence à porter ses fruits. La présence à Kinshasa d’une délégation d’hommes d’affaires allemands, en prélude à l’arrivée de M. Günter Nooke, représentant personnel pour l’Afrique de la chancelière allemande Angela Merkel, en dit long sur l’intérêt que l’Etat germanique accorde désormais à la RDC sur la base d’une requalification de la coopération économique.

L’environnement d’affaires actuel en RDC résultant des efforts consentis par le nouveau leadership au pouvoir pour rétablir la confiance avec les partenaires extérieurs a rassuré les investisseurs allemands prêts à injecter des capitaux frais en RDC dans le domaine de l’exploitation ferroviaire et énergétique. Lors de la séance de travail que la délégation d’investisseurs allemands avait eu le mardi 11 août à la Cité de l’Union africaine avec le directeur de cabinet du chef de l’Etat qu’entouraient quelques experts congolais dans le domaine des affaires, des domaines d’intervention ont été ciblés concernant les deux principaux axes de la coopération. Ainsi donc, huit corridors feront l‘objet de l’exploitation ferroviaire au nombre desquels la connexion Banana-Kinshasa, Kinshasa-Ilebo, Kilolo-Kolwezi, Ilebo-Tenke, sans oublier l’Angola et la Zambie.

Initié par la firme Congo Railway Dévelopment Ag, ce projet propose un système de transport multimodal consistant à la réhabilitation, à la construction et à l’exploitation d’un réseau ferroviaire national, circulaire et intégrateur de plus de 10000 km connecté aux ports, aéroports et routes. Quant à l’exploitation énergétique, “The Congo Green H2 Projet“ (Projet Inga 3) ainsi que la production de l'hydrogène pour son exportation vers les pays de l'Union européenne sont au menu de l’agenda des investisseurs allemands qui entendent impulser un nouveau souffle dans les relations bilatérales germano-congolaises.

Il est à noter que ce réchauffement de l’axe Berlin-Kinshasa s’inscrit dans le prolongement de la rencontre que le chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi avait eu en novembre 2019 avec la chancelière allemande Angela Merkel. Plusieurs engagements et accords économiques étaient alors annoncés et des MOU avaient été conclus touchant des domaines tels que les infrastructures, les mines et énergie et les forêts. Encouragée par la bonne foi du nouveau locataire du Palais de la nation qui,  entre-temps, a entrepris des « réformes courageuses », l’Allemagne se dit déterminé à ouvrir un nouveau chapitre avec la RDC marqué par des investissements diversifiés.

Outre l’exploitation ferroviaire et énergétique, le pays d’Angela Merkel offre également un soutien à la RDC pour l'extraction durable des matières premières et l'approvisionnement en énergie via la construction des petites centrales hydroélectriques. Berlin entend, par ailleurs, contribuer à la préservation de la forêt tropicale humide dans le bassin du Congo qui joue un grand rôle pour la conservation du climat mondial.            

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Félix Tshisekedi et Angela Merkel

Notification: 

Non