Elections en RCA : l’ONU exhorte les acteurs politiques et les médias à s’abstenir de tous messages de stigmatisation

Jeudi 22 Octobre 2020 - 16:05

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le représentant spécial des Nations unies en République centrafricaine(RCA) et chef de la Minusca, Mankeur Ndiaye, a fait le 21 octobre,  une déclaration invitant les acteurs politiques, les médias et tous leaders d’opinion à s’abstenir de toute campagne de désinformation et des messages de stigmatisation.  

Se réjouissant des progrès de réformes politiques ainsi que de restauration de l’autorité de l’Etat et de la justice transitionnelle constatés à l’approche des élections en RCA, le responsable de l’institution onusienne a signifié que sa déclaration intervient, vingt mois, après la signature de l’accord pour la paix en République centrafricaine et à deux mois des élections prévues pour le 27 décembre prochain.  

 « Il s’agit-là d’une occasion unique pour capitaliser les acquis démocratiques des élections de 2015, consolider l’ordre constitutionnel et poursuivre l’œuvre de stabilisation du pays », a spécifié le chef de la Minusca, avant d’attirer l’attention des autorités du pays et des responsables politiques sur les progrès déjà réalisés en matière électorale dans le pays depuis 2019, notamment la rédaction du code électoral l’établissement d’un fichier électoral fiable et informatisé, accompagné par la mission de stabilisation onusienne et les partenaires internationaux. Ceci, malgré la crise sanitaire et les nombreux défis techniques, opérationnels et sécuritaires.

« A ce jour, l’autorité nationale des élections dispose d’un fichier électoral d’un million huit cent cinquante et neuf mille huit cent quatre-vingt-dix électeurs centrafricains issus des seize préfectures du pays et de la diaspora dans les treize pays », a annoncé Mankeur Ndiaye, se félicitant du fait que le seuil d’inscription des femmes aux élections ait atteint quarante pour cent. Et, le pays compte actuellement seize candidats présidentiables, dont trois femmes, sans oublier le président sortant.

La réussite et la tenue de l’élection nécessite l’engagement de tous les acteurs politiques et de la société civile

Invitant tous les acteurs politiques au respect des règles et de l’autorité de la Cour constitutionnelle, notamment qui joue le rôle de juge des élections, le responsable de la Minusca a précisé que la mission onusienne continue à travailler, afin que tous les segments de la société centrafricaine puissent participer aux élections dans la paix et la sérénité.

« La RCA est en marche assurée vers la tenue des élections dont le succès requiert l’engagement de tous les acteurs et le respect de l’autorité de la Cour constitutionnelle, qui est le juge des élections », a-t-il ajouté en insistant que de manière concertée et coordonnée avec toute la communauté internationale, la Minusca est déterminée à faciliter la tenue des trois importants scrutins à venir.

Pour ce faire, il  est nécessaire que la communauté internationale puisse combler le déficit financier pour l’appui du processus électoral en RCA. Car, il manque encore environ quatre millions de dollars gérés par le Programme des Nations unies pour le développement ( Pnud ) pour les élections présidentielle et législatives et environ dix-sept millions pour l’ensemble des élections, y compris les locales prévues en 2021.

 «  Les élections locales seront déterminantes pour le développement de la gouvernance locale, la restauration effective de l’autorité de l’Etat, l’avènement de la décentralisation et le rétablissement du contrat social entre l’Etat et ses administrés », a encore indiqué le représentant de l’ONU.

Malgré la situation politique tendue, elle n’enfreint pas à l’organisation des élections  

Le représentant de l’ONU a, par ailleurs, signalé que certains candidats mettaient en doute la viabilité de l’accord de paix et proposaient sa renégociation s’ils étaient élus, alors que la principale coalition de l’opposition contestait les récentes dispositions dérogatoires au Code électoral.

« Toutefois, ces tensions n’ont pas compromis la possibilité d’organiser les élections dans le respect du calendrier constitutionnel », a affirmé Mankeur Ndiaye, appelant les animateurs politiques à faire preuve de sagesse et à encourager les candidats à adhérer au code de bonne conduite lors du processus électoral. Parce que, le chemin vers la paix est long et sinueux.

« Je sais que le peuple centrafricain pourra, comme par le passé, compter sur le soutien unanime renouvelé du Conseil de sécurité », a conclu le représentant de l’ONU pour la République centrafricaine.  

Rock Ngassakys

Notification: 

Non