Enfants de la rue : environ huit cents recensés à Pointe-Noire

Mardi 18 Juin 2019 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L'estimation a été communiquée par Ellul Raphaël, point focal du Réseau des intervenants sur le phénomène des enfants en rupture (Reiper), à l’occasion de la célébration, le 16 juin, de la Journée internationale de l’enfant africain.

Un enfant  en situation de rue relève de l’urgence sociale, psychique ou humanitaire, a indiqué Ellul Raphaël, qui s'exprimait à l'occasion de la célébration de l'événement. Aussi, a-t-il indiqué, le combat de sa structure, Reiper, s'inscrit dans ce cadre. En République du Congo, 58% de la population étant âgée de moins de 24 ans, l’enfance et la jeunesse, a-t-il signifié, constituent un enjeu majeur  pour l'avenir du pays. « Parmi ces enfants et jeunes, un certain nombre se retrouve  en situation de rue, ils y travaillent, y dorment, y vivent selon les cas. Notre estimation à Pointe-Noire avoisine huit cents enfants, à Brazzaville tout autant. Ces enfants sont en rupture avec leurs familles, avec la société, avec leur corps et leur vie », a-t-il fait savoir.

Pour sa part, Cylya Mbango, point focal du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (Refela) au Congo, a souligné que cette association s’engage aux côtés des autres acteurs et actrices de la société civile en vue de s’attaquer aux nombreux défis auxquels sont confrontés ces enfants. «Pour ce faire, nous allons dès à présent nous appuyer sur l’expérience et l’expertise sans faille du Samu social international Pointe-Noire et le Reiper. Tel est l’engagement pris ce jour en commémorant la Journée internationale de l’enfant africain par les femmes du Refela. En vue d’accompagner l’action du Samu social international, les femmes de cette association s’engagent auprès du maire de Pointe-Noire, Jean François Kando, et tous les autres acteurs et actrices de la société civile de la ville en vue de préserver les droits  des enfants », a-t-elle déclaré. Le clou des retrouvailles a été un apéritif offert pour la circonstance. Cette année, le thème continental choisi  pour cette journée est « L’action humanitaire en Afrique : les droits des enfants d’abord ».

Faustin Akono

Légendes et crédits photo : 

Des enfants en rupture familiale pendant la célébration de l'événement / Adiac

Notification: 

Non