Environnement : des universités du monde entier déclarent l’urgence climatique

Jeudi 18 Juillet 2019 - 21:35

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Des réseaux d’établissements d’enseignement supérieurs représentant plus de 7000 instituts situés sur les six continents ont annoncé, en début du mois de juillet, qu’ils déclaraient une situation d’urgence climatique. Un accord a été trouvé sur la mise en œuvre d’un plan en trois étapes pour faire face à la crise en coopération avec les étudiants.

Le plan comprend les trois étapes suivantes :

- S’engager à atteindre la « neutralité carbone » d'ici 2030 ou 2050 au plus tard ;

- Mobiliser davantage de ressources pour la recherche axée sur les mesures pour remédier aux changements climatiques et faciliter la création de compétences ;

- Accroître l’accès à l’éducation environnementale et à la durabilité dans les programmes d'enseignement, les campus et les programmes de proximité.

Ce document, rédigé par l’Alliance pour un leadership en matière de développement durable dans l’enseignement, connue sous le nom de EAUC, l’organisation américaine pour l’action pour le climat dans l’enseignement supérieur, Second Nature, située aux États-Unis, et l’alliance jeunesse et éducation d’ONU environnement, témoigne pour la première fois que des établissements d’enseignement supérieur se sont réunis afin de s’engager ensemble à faire face à l’urgence climatique. La tribune a été relayée aux ministres réunis à New York dans le cadre de l’Initiative des établissements d’enseignement supérieur en faveur du développement durable.

Signé par l’université Strathmore (Kenya), l’université Tongji (Chine), la KEDGE Business School (France), l’université de Glasgow (Royaume-Uni), la California State University (États-Unis), l’université Zayed (Émirats arabes unis) et l’université de Guadalajara (Mexique), l’appel est également soutenu par les principaux réseaux mondiaux pour l’éducation, tels que l’Alliance mondiale et l’Initiative pour un leadership responsable à l’échelle mondiale, qui se sont engagés à atteindre les objectifs de neutralité carbone proposés.

« Ce que nous enseignons façonne l’avenir. Nous nous félicitons de l’engagement pris par les universités de devenir climatiquement neutres d’ici 2030 et d'intensifier leurs efforts sur leurs campus », a déclaré la directrice du programme des Nations unies pour l’environnement, Inger Andersen. « Les jeunes se positionnent de plus en plus à l’avant-garde des appels à plus d’actions pour faire face aux défis climatiques et environnementaux. Les initiatives qui impliquent directement les jeunes dans ces travaux critiques constituent une contribution précieuse à la réalisation de la durabilité environnementale », a-t-elle rajouté.

Parmi les exemples de meilleures pratiques pour la durabilité sur les campus universitaires, on peut citer l’université Strathmore, du Kenya, qui a recours à des énergies propres et dispose d’un système photovoltaïque de six-cents kilowatts connecté au réseau. L’université Tongji en Chine a beaucoup investi dans la mise en place d’un programme d’éducation à la durabilité et encourage d’autres établissements d’enseignement à en faire de même. Aux États-Unis, l’université de Californie s’est engagée à atteindre l’objectif de neutralité en carbone à l’échelle du système d’ici à 2025, tandis que d’autres établissements, telles que l’université américaine de Californie et l’université Colgate, ont déjà atteint la neutralité en carbone.

S’exprimant en faveur de ces mesures, Charlotte Bonner, directrice de l’organisation des étudiants pour la durabilité, a déclaré: « Les jeunes du monde entier ont le sentiment que les écoles, les collèges et les universités ont pris trop de temps pour réagir à la crise qui sévit actuellement. Nous nous félicitons de l’annonce de l’urgence climatique car il n’y a pas de temps à perdre. Nous invitons ceux qui n’ont pas encore soutenu cette initiative à se joindre à nous. Bien entendu, l’élément le plus important est l’action qui s’en suivra ».

L’objectif est que plus de dix mille établissements d’enseignement supérieur rejoignent cette cause avant fin 2019.

 

Boris Karl Ebaka

Notification: 

Non