Environnement : le bassin du Congo est le plus puissant puits de carbone de la planète

Jeudi 22 Octobre 2020 - 20:26

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Jusqu’à présent, de toutes les forêts tropicales, l’Amazonie était considérée comme le plus puissant puits de carbone de la planète. Mais les forêts africaines l’ont détrôné ; elles absorbent désormais une partie plus importante de l’augmentation des émissions mondiales de CO2.

C’est ce que révèle une étude publiée cette année dans la revue Nature, qui alerte sur l’affaiblissement de ces puits naturels, essentiels pour atténuer la hausse des concentrations de CO2 dans l’atmosphère. « Le pic de séquestration du carbone par les forêts tropicales a eu lieu dans les années 1990 et, depuis, leur capacité diminue », explique le docteur Wannes Hubau, chercheur au Musée royal de l’Afrique centrale (Bruxelles) et premier auteur de l’article. L’Amazonie, dont la capacité de séquestration a baissé d’un tiers en vingt ans, pourrait même rejeter davantage de CO2 qu’elle n’en absorbe d’ici à 2040.

Ce déclin s’explique d’abord par la déforestation, mais la dynamique interne des écosystèmes forestiers sous l’effet du réchauffement entre aussi en jeu. C’est l’originalité de cette étude d’avoir concentré ses observations sur des forêts intactes, afin d’y mesurer l’impact du dérèglement climatique sur la croissance et le dépérissement des arbres. 565 parcelles, d’une superficie moyenne d’un hectare, réparties en Amazonie et en Afrique ont été suivies à intervalles réguliers sur une trentaine d’années.

Des épisodes de dépérissement importants

Toutes les forêts ne réagissent pas de la même façon et les grands massifs du bassin du Congo résistent mieux. Sur les deux continents, l’augmentation des concentrations de CO2 dans l’atmosphère a d’abord pour effet une formidable accélération de la croissance des arbres. Mais l’augmentation des températures et la répétition des sécheresses contrebalancent de plus en plus ce phénomène. En particulier en Amazonie, où les sécheresses ont entraîné des épisodes massifs de dépérissement.

Par contraste, la situation de relative altitude, 200 mètres au-dessus du niveau de la mer, a protégé les forêts africaines avec des températures inférieures de 1,1 °Celsius en moyenne à celles de l’Amazonie. « Les forêts africaines ont un cycle de vie plus lent. Le carbone reste piégé une quinzaine d’années supplémentaires avant que ne surviennent des mortalités. C’est ce qui explique aussi le décalage entre les deux blocs forestiers », poursuit le chercheur. Si la faculté de stockage du carbone de l’Amazonie a commencé à décroître au milieu des années 1990, la courbe s’est inversée il y a seulement quelques années en Afrique.

Aucun retour en arrière ne doit être attendu. Le modèle mathématique utilisé pour anticiper l’avenir de ces puits de carbone montre qu’ils arriveront d’ici à quelques décennies à saturation, soit bien plus tôt que ne le prévoient les études utilisées par le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat pour établir ses scénarios : vers 2040 pour l’Amazonie et 2060 pour l’Afrique.

Ces dates, bien qu’approximatives, indiquent des points de bascule redoutés par les scientifiques, car ils marquent la frontière à partir de laquelle la nature elle-même devient un facteur d’accélération du changement climatique. « Cela signifie que pour contenir le réchauffement en deçà de 2 °C, objectif que se sont fixé les signataires de l’accord de Paris, des efforts plus importants devront être accomplis »avertit Wannes Hubau.

Le recours au mécanisme de compensation pour effacer partiellement les émissions de certains pays ou de grandes entreprises pourrait ainsi trouver plus vite que prévu ses limites.

Pour autant, insiste le professeur du Musée royal de l’Afrique centrale auquel cette étude a demandé sept ans de travail, « les forêts tropicales restent des réservoirs gigantesques et il importe de tout faire pour les préserver ». Rien que dans leurs arbres, c’est-à-dire sans prendre en compte la manière organique des sols, elles stockent 250 milliards de tonnes de carbone, ce qui équivaut à 90 ans d’émissions mondiales de combustibles fossiles au niveau actuel.

Boris Kharl Ebaka

Légendes et crédits photo : 

Photo: Une vue du fleuve Congo, bassin fluvial le plus grand du monde

Notification: 

Non