Faune : des espèces animales rares en voie d’être transférées en Chine

Mardi 26 Juin 2018 - 15:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) est appelé à émettre un avis technique sur le bien-fondé de la démarche.    

http://www.worldlifeexpectancy.com/images/a/w/b/okapia-johnstoni/okapia-johnstoni.jpgUne nouvelle alarmante a fait le tour des réseaux sociaux ces temps derniers. Il s’agit de la vente présumée à la Chnie de quelques espèces animales protégées via le ministère de l’Environnement et du développement durable. Sans être au faîte du dossier, certaines langues ont vite jeté l’anathème sur l’ICCN qui, d’après elles, aurait cautionné cette opération juteuse dont les dividendes pourraient emprunter des voies détournées au détriment de l'État. Pour les détracteurs du ministre Amy Ambatobe, il s’agit ni plus ni moins que d’une filière maffieuse organisée qui, régulièrement, prive la République démocratique du Congo (RDC) de la jouissance de la diversité que représentent sa faune et sa flore.

En manque d’informations, de nombreux Congolais ont accrédité cette version tendant à présenter le ministère de l'Environnement et du développement durable sous un mauvais jour. Plutôt que de vente, tel qu’allégué par certains, il serait question ici d’un échange d’espèces dans le cadre de la coopération sino-congolaise, conformément à la convention Cites. C’est dans ce cadre que le directeur exécutif de Tianjin junheng internationaI trade corporation aurait sollicité du gouvernement congolais, par le truchement du ministère de l'Environnement, le transfert de quelques espèces animales rares de la RDC vers les zoos de Taiyuan et d'Anji Zhongnan, en Chine. Il s’agit précisément de six espèces de gorilles (gorille beringei), huit espèces de bonobos, huit espèces de chimpanzés et de quatre espèces de lamentins. Saisi par cette requête, le ministère de tutelle s’est rabattu sur l’organe technique habilité à statuer sur cette problématique, à savoir l’ICCN, de qui il attend un avis technique.

Entre-temps, l'on apprend qu’une équipe du ministère de l’Environnement se rendra bientôt en Chine, « en vue de se rassurer de l’accueil et surtout de la meilleure conservation de ces différentes espèces aux zoos sus mentionnés ». L’ICCN a donc été instruit de procéder à l’examen du dossier soumis par le requérant pour sa conformité à la convention Cites et aux lois de la République. Cependant, plusieurs questions se posent sur la nature et les conditions de ces exportations qui continuent à susciter maintes interrogations, nonobstant les explications du ministère. Une pétition aurait même été initiée pour demander à la RDC d’annuler cette opération.     

 

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

L'okapi, une espèce animale rare trouvable en RDC

Notification: 

Non