Faune sauvage: la protection des grands singes de Kakamoeka fait l'objet d'une réunion

Jeudi 19 Décembre 2019 - 11:19

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La rencontre initiée par Esi Congo, une association de conservation de la biodiversité, a regroupé des autorités et des représentants d'entreprises, le 17 décembre, à Pointe-Noire.

L’atelier a eu pour but d’instaurer et de faciliter une concertation entre les entreprises opérant dans le territoire de Kakamoeka, les autorités locales, départementales et les acteurs de la conservation sur la protection des grands singes, de la faune sauvage menacée et plus généralement de la biodiversité de la forêt du Mayombe.

«Le district de Kakamoeka fait partie de la zone du projet Conkouati -Dimonika et intègre le département du Kouilou. Il couvre sur une grande partie, la forêt du Mayombe qui est la limite sud-ouest des forêts du bassin du Congo. Ce massif forestier est un haut lieu de grands singes, notamment des gorilles des plaines de l’ouest et des chimpanzés », a dit  Jean-Claude Balendé, directeur du complexe aire protégée Conkouati-Dimonika, à l’ouverture de l’atelier.

 « La réalité est que la population de ces espèces rares et emblématiques à l’échelle mondiale est en constante diminution ces vingt dernières années, comme un peu partout ailleurs. Malheureusement, la cause de cette diminution réside essentiellement dans la déforestation et le braconnage, phénomènes liés à la surconsommation des ressources naturelles et aussi la pauvreté grandissante de la population riveraine des zones rurales », a-t-il précisé.        

Au cours de la rencontre, plusieurs thèmes ont été développés suivis de débats interactifs, entre autres, le partage de connaissances sur les grands singes et la biodiversité de la forêt du Mayombe;  co-construction : établir une vision partagée  de la situation des grands singes dans le territoire de Kakamoeka;  concrétisation : opérationnalisation de la vision partagée des acteurs. L'acte d’engament des acteurs a fait aussi l’objet d’échanges enrichissants tout comme les témoignages et discussions sur les responsabilités environnementales et bonnes pratiques. 

Tout comme l’éléphant que l’on rencontre avec émerveillement dans la forêt du Mayombe, le gorille et le chimpanzé en sont non seulement les gardiens, mais aussi et surtout des éléments essentiels de sa régénération naturelle, de par leur formidable action de dissémination de graines. Ce rôle crucial donne aux grands singes une place importante dans le combat pour le maintien des forêts et pour le climat. Pour ce faire, les participants à l’atelier ont décidé de réaliser des réunions de concertation large avec tous les acteurs afin de vulgariser le bien-fondé des activités forestières, minières et pétrolières; de promouvoir les accords avec les parties prenantes fondés sur le respect de la protection des grands singes; de prendre en compte les besoins des communautés locales et de proposer les projets alternatifs compatibles avec la protection des grands singes et leurs habitats; enfin, de reconstituer et compenser les impacts générés dans le milieu naturel  de grands singes.

Un comité de rédaction de la charte d’engagement des entreprises pour la protection des grands singes de la forêt du Mayombe, comprenant toutes les parties prenantes, a été mis en place à la fin de la rencontre.

.      

 

 

 

 

 

 

Hervé Brice Mampouya

Légendes et crédits photo : 

Les participants à l'atelier de concertation initié par Esi Congo / Adiac

Notification: 

Non