Lire ou relire: « Le silence des chiens » de Dominique Niossobantou

Jeudi 26 Mars 2020 - 20:49

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Publiée chez L’Harmattan Congo, cette pièce de théâtre se présente comme un diptyque dont la charge sémantique repose sur le mot silence ; le silence de la classe politique et le silence du peuple face à la dictature.  

La littérature africaine très prolifique est largement marquée par le traitement des questions touchant l’existence humaine et ses déboires. L’écriture devient le lieu d’expression et de dénonciation des travers sociaux.

 Le silence des chiens peut être compté parmi ces ouvrages interpellateurs. Ecrite en trois actes, mêlant un langage clair et un style qui retient toute l’attention du lecteur du fait de la beauté liée au jeu de mots dramaturgiques, cette pièce de théâtre fait la satire de Ngobila, un pays d’Afrique nanti mais qui devient un enfer. Paradoxe.

Obiata, président dictateur, est un manitou qui centralise la scène politique. Son gouvernement, centripète, est composé des intellectuels fanatisés ; véritables marionnettes tenues à garder le silence devant un règne de népotisme béant, de corruption et de servitude. Le citoyen lambda abandonné à lui-même et ne pouvant rien espérer de ses dirigeants, tente de s’organiser à sa manière ; il vivote. Médecin, professeur des universités et policiers, etc., se livrent, eux aussi, aux tâches réductibles et avilissantes qui ternissent leur déontologie.

C’est dans cet univers infernal que Bertrand Salas, un patriotique et Mathilde son épouse, une blanche, qui rentrent nouvellement de France, doivent vivre. Leurs entreprises, par manque de conditions de première nécessité font faillite. Face à la situation agonisante du pays, Bertrand se fait le guide du peuple qui lui manifeste tout son soutien. Sur ces entrefaites, le président Obiata édifié par son entretien avec Bertrand, sort de son sommeil dogmatique et opte pour une nouvelle politique qui prend en compte le bien-être et la dignité du peuple.

Né le 27 juillet 1950 à Ngabé en République du Congo, Dominique Niossobantou est titulaire d’un doctorat unique d’études théâtrales. Il est enseignant chercheur à la Faculté des lettres, des sciences humaines et des arts de l’Université Marien-Ngouabi à Brazzaville. Le silence des chiens qui est son tout premier ouvrage de fiction a bénéficié de la préface de Mukala Kadima-Nzuji.

Aubin Banzouzi

Légendes et crédits photo : 

Photo:couverture de l'ouvrage

Notification: 

Non