Santé : un nouveau traitement du paludisme pour l’enfant de moins de 5 ans

Mercredi 12 Novembre 2014 - 16:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Des résultats d’une étude rendue publique lors de la 63ème réunion annuelle de la Société américaine de médecine tropicale et d'hygiène (ASTMH) montrent que l’association à dose fixe d’Artésunate-Méfloquine est plus efficace que le duo  Artéméther-Luméfantrine. Le traitement est jugé comme le plus largement adopté en Afrique. 

Cette étude clinique multicentrique a été lancée en Afrique, en 2008, pour tester l’efficacité et la tolérance de l’association à doses fixes d’Artésunate-Méfloquine chez l’enfant de moins de 5 ans et souffrant de paludisme à falciparum non compliqué. « L’étude clinique de non infériorité de Phase IV, ouverte, randomisée et contrôlée, a été menée chez 945 enfants de moins de 5 ans suivis pendant 63 jours. L’ADF ASMQ a été administrée une fois par jour pendant trois jours. L’étude a été réalisée dans trois pays d’Afrique : le Burkina Faso, le Kenya et la Tanzanie », relève un communiqué de l’Organisation de la presse africaine.

Les résultats qui attestent de l'efficacité de ce traitement sont basés sur les paramètres d’analyse de l’Organisation mondiale de la santé. Ils soulignent, entre autres, qu’aucun problème de tolérance n’a été mis en évidence. Les spécialistes signalent un nombre très limité de cas de vomissements, particulièrement les vomissements précoces, entraînant l’arrêt du traitement dans les deux groupes de traitement. Aucun effet indésirable inattendu n’a été observé, précise-t-on. Pour l’Organisation mondiale de la santé, l’association à dose fixe d’Artésunate-Méfloquine est l’une des associations thérapeutiques à base d’artémisinine recommandées qui visent à retarder l’émergence de résistances aux produits médicamenteux compris dans l’association. Le nouveau traitement apporte, par ailleurs, une innovation dans la chaine thérapeutique. Le traitement a été simplifié par le regroupement des deux médicaments dans un seul comprimé à prendre une fois par jour pendant trois jours (comparé à deux fois par jour pendant trois jours pour l’association Artéméther-Luméfantrine). Le médicament peut désormais être disponible en Afrique où un enfant meurt toutes les 30 secondes du paludisme. 

« Nous espérons que les gouvernements des pays touchés en Afrique adopteront désormais cette option thérapeutique supplémentaire pour garantir à leurs populations un accès à plusieurs associations thérapeutiques à base d’artémisinine », a déclaré le Dr Bernard Pécoul, directeur exécutif de médicaments pour les maladies négligées, une organisation à but non lucratif de Recherche et de développement collaborative, répondant aux besoins des patients nécessitant de nouveaux traitements pour les maladies négligées par les fonds internationaux.

 

 

Quentin Loubou