XVème Sommet de la Francophonie : la conférence ministérielle dresse le bilan et se projette vers l'avenir

Jeudi 27 Novembre 2014 - 11:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Après la réunion des représentants personnels des chefs d'Etat et de gouvernement ayant le français en partage, c'est au tour des ministres des affaires étrangères de se réunir, les 26 et 27 novembre, dans le flambant neuf centre international de conférence de Ndiamniadio. 

La 30ème conférence ministérielle de la Francophonie, regroupant les ministres des affaires étrangères des pays ayant le français en partage, est chargée de régler les questions techniques liées à la coopération et d’en adopter le  cadre global  en amont du sommet, afin d’alléger le travail des chefs d'Etat qui se réuniront les 29 et 30 novembre. Ces derniers adopteront formellement les travaux de la conférence ministérielle et auront sur leur agenda les questions politiques liées à la gestion crises dans l'espace francophone, notamment la situation d’instabilité dans la zone sahélienne et la crise sanitaire liée au virus Ebola, ainsi que l’adoption de la déclaration de Dakar.

Lors de la Conférence ministérielle, les instances de l’OIF sont chargées de rendre compte aux ministres des affaires étrangères  de la mise en œuvre des instructions données par les chefs d’Etat et de gouvernement lors du dernier sommet de la Francophonie qui s'est tenu à Kinshasa en 2012. La conférence ministérielle est également l’occasion de se projeter vers l’avenir avec l’adoption des cadres stratégiques décennal 2015-2022 et quadriennal 2015-2018 qui doivent fixer le cadre normatif de la coopération liée à la stratégie jeunesse et la stratégie économique  de l’OIF, travail initié à Kinshasa.

80% des ministres de la zone francophones étaient présents pour cette rencontre préparatoire à ce sommet spécial qui doit aboutir à la désignation, par les chefs d’Etat et de gouvernement, du nouveau Secrétaire général de l’organisation. Parmi les cinq candidats toujours en lice figure le congolais Henri Lopes. Preuve de l'attrait de l'OIF, c'est la première fois que l'élection est aussi disputée et que le suspens concernant son issue est aussi intense.

Les discussions ministérielles ont aboutit à l’adoption de 9 projets de résolution et un avant-projet de la déclaration de Dakar qui devront être adoptées formellement pendant le sommet par les chefs d'Etat et de gouvernement ce week-end.

Participation record annoncée

Le Sénégal  se déclare satisfait de la participation au Sommet des 29 et 30 novembre. Au moins 25 chefs d'Etat, 8 chefs de gouvernement sont annoncés  pour le moment, le reste des délégations étant conduites par les ministères des affaires étrangères, les ministres de la francophonie ou les ambassadeurs. Madagascar, candidat pour abriter le 16ème sommet de la Francophonie, a retrouvé son siège à l'OIF et sera peut être représenté par son chef de l'Etat. La famille francophone devrait s’agrandir avec l’adhésion du Mexique et du Costa Rica à l’OIF en tant qu’Etats observateurs.  L’OIF qui a pris notamment sous le Secrétariat d’Abdou Diouf un ancrage politique et diplomatique est désormais une institution qui compte sur la scène internationale suscitant  l’intérêt de nouveaux membres.

de notre envoyée spéciale à Dakar, Rose-Marie Bouboutou

Légendes et crédits photo : 

André Ludovic Ngouaka-Tsoumou, Chargé d’affaires à l’ambassade du Congo en France, siège pour le Congo à la conférence ministérielle de la Francophonie © OIF - Cyril Bailleul