Droits humains : les gendarmes et policiers sensibilisés aux violences faites aux femmes et jeunes filles

Jeudi 21 Mars 2019 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’ong Azur Développement et ASI (Action de solidarité internationale) poursuivent la série de sensibilisation aux violences faites aux femmes.  À l’occasion du mois dédié à la femme, les deux ONG ont organisé un atelier à Pointe-Noire, en partenariat avec les directions départementales de la Promotion de la femme et  de l’Intégration au développement, avec l’appui de l’Union européenne.

La formation entre dans la mise en œuvre  du Projet de renforcement de la société civile et des acteurs étatiques pour améliorer le respect des droits des femmes et filles congolaises. Les policiers jouant un rôle important dans la prévention des violences et la prise en charge des femmes et enfants victimes de violence, doivent être informés des différentes manifestations de ces violences et des moyens de recours, notamment  les dispositions juridiques qui protègent les femmes et les enfants victimes.

Au cours de cet atelier ont été débattus des thèmes en lien avec la typologie des violences faites aux femmes et aux enfants, les cas de violences reçus dans les commissariats, la nécessité d’une prise en charge médicale des cas  de violences, le cadre juridique de protection des femmes et enfants victimes.

Les conférenciers,  Dr Roch Doukaga, gynécologue obstétricien, chef de service à l’hôpital de base de Tié-Tié;  Aubin Djondo Kendé, directeur départemental des Droits humains et libertés fondamentales de Pointe-Noire; et la juriste Judicael Mantsessa ont exposé chacun sur son domaine. Selon le Dr Roch Doukaga, par exemple, la prise en charge d’une victime de violences sexuelles a pour principal objectif d’optimiser l’accueil psycho-médico-social, de permettre un examen initial parfait avec le recueil d’éléments contribuant à l’obtention de preuves médico-sociales pour permettre à la justice une meilleure efficacité sans nuire physiquement ni psychologiquement à la victime.

Le code pénal et la loi dite Potignon ont été cités comme textes fondamentaux dans la lutte contre les violences faites aux femmes et jeunes filles. Une plus grande vulgarisation de ces textes doit être faite, tout comme la connaissance de services du guichet unique d’assistance aux femmes et enfants victimes de violences, notamment dans l’accompagnement psychologique, juridique et judiciaire offert par le guichet unique.

 

Hervé Brice Mampouya

Légendes et crédits photo : 

La photo de famille après la sensibilisation

Notification: 

Non