CNSA : Olenghankoy devant le procureur près de la Cour de cassation

Mercredi 28 Octobre 2020 - 14:23

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

A la suite de la plainte déposée par l'Observatoire des dépenses publiques (Odép), le parquet près la Cour de cassation a convoqué le président du Conseil national de suivi de l'Accord de la Saint-Sylvestre et du processus électoral (CNSA), Joseph Olenghankoy, pour une présumée affaire des détournements des fonds.

Le président du CNSA du 31 décembre 2016 a été convoqué, le 28 octobre, par le procureur près la Cour de cassation pour la présumée affaire de détournement de plus trois millions USD de prime des agents de cette institution d’appui à la démocratie. La plainte avait été introduite par l’Odép depuis juin dernier. Cette ONG demandait au procureur près la Cour de cassation de lancer des enquêtes judiciaires sur la gestion des 3.087.630 USD alloués au CNSA de 2017 à avril 2020 par le Trésor public pour les primes et salaires des dix-huit membres.

C'est en toute confiance que cet ancien jeune turc d'Étienne Tshisekedi s’est présenté devant le procureur pour donner toute la lumière sur la situation financière de cette institution qui, pourtant, est l'une des institutions du pays sevrées financièrement. Lors d'un point de presse en juin, le rapporteur du CNSA, Valentin Vangi, réagissait aux allégations de l'Odép. « Dire qu’il y aurait malversation financière au CNSA est une affabulation. Depuis l’installation du CNSA, les membres n’ont jamais reçu un salaire. C’est de novembre 2017 à septembre 2019 que le CNSA a reçu deux cents millions comme frais de fonctionnement. Face à cette situation qui mettait à mal les membres, ces derniers se sont réunis en plénière en novembre 2017 et ont décidé de prélever sur les frais de fonctionnement une prime pour des raisons humanitaires », déclarait-il.

Le CNSA, doit-on relever, devrait être dirigé par l'emblématique opposant politique Étienne Tshisekedi. Mais jusqu'à sa mort le 1er février 2017, cette instance de soutien à la démocratie n'avait pas été installée. C'est donc comme par une succession naturelle dans la continuité de la lutte et l'action du sphinx de Limete que Joseph Olenghankoy s'est retrouvé à la tête du CNSA. Malgré les difficultés financières, le CNSA, sous sa conduite, a beaucoup gagné en crédibilité en gérant des crises et différends politiques et autres qui paraissaient insolubles. Et aujourd'hui, des attaques sont lancées vers la personne du premier responsable du CNSA pour le discréditer.

Martin Enyimo

Légendes et crédits photo : 

Joseph Olenghankoy, président du CNSA

Notification: 

Non