Concert symphonique : passage remarquable de l’orchestre « Les violons de Brazzaville » à l’IFC

Lundi 3 Octobre 2022 - 17:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimable

Les jeunes musiciens de l’orchestre symphonique « Les violons de Brazzaville » étaient en concert live, le 1er octobre, à l’Institut français du Congo. Un véritable cocktail d’airs, de cordes et de sons.

Après avoir muri en connaissance et expérience, en jouant aux côtés d’autres orchestres et en assurant la première partie de certains groupes, c’est avec élégance et maîtrise que l’orchestre symphonique « Les violons de Brazzaville » a pu livrer son premier concert live avec brio. Au total, deux heures de pur régal de musique classique, dont la première partie a été assurée par la chantre Méda Esther et la partie cantique accompagnée par l’artiste Becky.

Teinté de sonorités d’ici et d’ailleurs ainsi que de lumières étincelantes, le spectacle a été livré par de jeunes artistes dont l’âge varie entre 9 et 19 ans. Dirigés par le maestro et violoniste Georges Fikewey, les musiciens de l’orchestre « Les violons de Brazzaville » ont interprété plusieurs titres au cours de ce show allant des œuvres classiques européennes telles « La sérénade » de Joseph Haydn et « L’air de Rinaldo » de Georg Friedrich Haendel, aux chants religieux « Le Seigneur nous a aimés », « Nabelema na yo ».

Durant le concert, l’orchestre a notamment rendu hommage à l’artiste Sébas Enemen, décédé il y a quelques années, à travers son célèbre titre « Hymne à Brazzaville ». Un beau moment de communion où pendant que le rythme était sublimement joué au violon, au piano, à la percussion et à la fanfare sur scène, le public se donnait le plaisir de fredonner les paroles : « Oh Brazzaville, que tu es belle ma chérie, je t’aimerai toute ma vie oh Brazzaville. En saison sèche, tu es grise Brazzaville, mais une brise suffit pour te rendre plus belle… Brazzaville, ville capitale, de l’AOF, de la France libre et du Congo. Apprend-nous à nous aimer et à bâtir une nation libre et prospère… ».

« C’est ma première fois d’assister à un concert de musique classique et j’en sors éblouie par le talent des artistes, qui à première vue sont des enfants. En tant que parent, je pense que c’est une bonne initiative d’encourager les enfants à pratiquer cet art, peu connu et apprécié du grand public congolais », a fait savoir Sylvanie Mbanza.

Dans le même contexte, Georges Fikewey a témoigné de la réussite de ce spectacle qui s’est préparé en un laps de temps, deux mois et demi environ. « Je félicite tous les membres du groupe, Les violons de Brazzaville, pour le travail abattu », a-t-il ajouté. Un avis qu’a également partagé la directrice de la Maison russe, Maria Fakhrutdinova, qui encourage ces jeunes artistes à continuer de donner le meilleur d’eux-mêmes.

A ce propos, Parfait Christel Bassossola, président de l’orchestre, s’est réjoui que ce spectacle ait autant plu au public, avant de remercier tous ceux qui ont contribué à la tenue de cet événement autoproduit par « Les violons de Brazzaville ». Organisé sur le thème « Musique et santé », ce concert visait à sensibiliser le public à la lutte contre les cancers chez la femme, notamment du sein et de l’utérus, dont le mois d’octobre en est entièrement dédié.

Dans son intervention, le Pr Judith Nsondé, directrice du Programme national de lutte contre le cancer et chef de service cancérologie au Centre hospitalier universitaire de Brazzaville, a éclairé le public sur cette pathologie dévastatrice et appelé les femmes à être plus en alerte en cas d’anomalie sur les organes concernés. « Il est mieux de faire le diagnostic du cancer quand c’est encore au début et local. Car quand les cellules multipliées se détachent pour circuler dans le sang et coloniser une autre partie du corps, ce qu’on appelle métastase, ça devient difficile dans la plupart des traitements », a-t-elle souligné. D'où son invite à l'endroit de la gent féminine de se faire massivement dépister régulièrement. 

Notons qu’à compter du 4 octobre jusqu’à la fin du mois, une campagne de dépistage gratuite de cancer du sein et de l’utérus est lancée à l’hôpital de base de Bacongo, dans le deuxième arrondissement de Brazzaville.

Merveille Atipo

Légendes et crédits photo : 

1- L’orchestre symphonique « Les violons de Brazzaville » sur scène à l’IFC/Adiac 2- Une vue du public/Adiac

Notification: 

Non