Déconfinement du secteur culturel : les artistes lancent un cri de cœur au gouvernement

Samedi 28 Novembre 2020 - 14:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En arrêt temporaire des activités, depuis près de huit mois à cause de la pandémie de Covid-19, les artistes et promoteurs des secteurs de la culture et du tourisme sont au bout de l’agonie. A l’occasion d’un atelier de formation sur les stratégies de relance des deux secteurs, organisé du 26 au 27 novembre à Brazzaville, les acteurs concernés implorent l’assouplissement des mesures par le gouvernement.

Dès le diagnostic des premiers cas de Covid-19 en République du Congo, au mois de mars dernier, le gouvernement avait mis en place un certain nombre de mesures rigoureuses (confinement à domicile de la population, port obligatoire du masque, distanciation physique, lavage régulier des mains, interdiction des rassemblements de plus de cinquante personnes…) dans le but de ralentir la progression de la pandémie voire l’éradiquer totalement.

A cet effet, de nombreux secteurs d’activités se sont vus être restreints, au risque et péril de leur rentabilité. Et si au fil de la gestion de la pandémie, le gouvernement procède au déconfinement des secteurs d’activités par paliers, la culture continue de broyer du noir avec le maintien de la fermeture des salles de spectacles.

Pour plusieurs artistes, lorsque le comité de riposte communique sur l’évolution de la pandémie de Covid-19, ainsi que les nouvelles mesures y afférentes, ceux-ci retiennent leur souffle. Ils attendent, espèrent, prient et se disent peut-être que cette fois-ci ils seront pris en compte, mais malheureusement non.

Selon l’opérateur culturel et cinéaste congolais, Malolo Matouala, avec la Covid-19, on se rend compte que le milieu de la culture est devenu le parent pauvre qui souffre fortement de l’impact de cette maladie sur ses activités et ses acteurs.

« C’est devenu comme un poison, parce qu’il n’y a plus de spectacles et de prestations. Les artistes se meurent à petit feu chez eux. Est-ce à  en croire que le coronavirus est un ennemi de la culture ? Est-il plus virulent que dans les salles de spectacles ou autres rencontres culturelles ? Parce que nous assistons, tout de même, à la tenue des activités dans d’autres secteurs voire des rassemblements de plus de cinquante personnes sur le territoire national », a-t-il souligné.  

De son côté, l’artiste-photographe, Lebon Zed, a déploré le fait que « c’est très frustrant pour les artistes de constater qu’ils ne peuvent pas exercer librement leurs activités alors que de nombreux secteurs sont déconfinés, depuis plusieurs mois, et que le respect des mesures barrières dans certains milieux, tels les marchés, lieux de veillées, morgues, transports en commun, écoles… n'est pas effectif ».

Ainsi, au nombre des recommandations faites par les artistes, lors de cette rencontre, figurent: la réouverture des salles de spectacles dans la limite de cinquante personnes voire soixante-dix; la distanciation physique et le port obligatoire du masque, lors des rencontres culturelles; le lavage des mains et la prise de température à l’entrée des espaces culturels…

Les acteurs du secteur touristique, quant à eux, ont fait un plaidoyer pour la facilité de délivrance des visas touristiques afin de relancer dynamiquement le secteur, désormais tourné vers des activités intérieures. Aussi, ils nourrissent également le désir d’amplifier des partenariats avec des artistes, en vue d’abriter de temps à autres des rencontres culturelles susceptibles de permettre aux deux secteurs de reprendre du souffle et de faire face aux effets post-Covid 19 sur leurs activités respectives.

Notons que tous ces avis recueillis seront soumis auprès de la Task-Force chargée d’évaluer l’impact de la pandémie de Covid-19 sur l’économie nationale et la société.

Merveille Atipo

Légendes et crédits photo : 

1- Malolo Matouala s’exprimant sur la situation des artistes congolais face à la pandémie de Covid-19/Adiac, 2-Des acteurs culturels et touristiques lors des échanges sur les propositions de relance de leurs activités/Adiac

Notification: 

Non