Opinion

  • Éditorial

Passage à vide

Mercredi 18 Janvier 2023 - 16:55

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


La boxe est  reconnue au Congo comme un sport amateur. Ces dernières années, ses dirigeants multiplient les stratégies pour lui donner une autre dimension. En témoigne la mise en place d’une ligue professionnelle. L’idée n’est pas mauvaise en soi. Le temps de l’apprentissage étant terminé pour certains pugilistes, il  fallait bien tenter l’expérience, estiment les dirigeants. Mais une ligue professionnelle  n’a de  la  valeur que lorsque  ses athlètes progressent au classement continental ou mondial. Conquérir ou défendre  une ceinture  a un prix,  surtout dans le pays comme le nôtre où les promoteurs sont rares.

Pour un début, le coup de pouce est venu d’ailleurs. Il y a trois ans, l'ancien champion du monde Mukadi Manda, de la République démocratique du Congo, a tendu la main aux boxeurs congolais soulignant qu’ils avaient exactement le niveau souhaité. Sur le ring,  les athlètes  brazzavillois ont justifié la confiance placée en eux au cours des tout premiers combats organisés en 2019 au gymnase  Nicole-Oba, sous  le label Universal boxing organization.  Des ceintures remportées par les Congolais ont marqué non seulement  le début d’une carrière mais aussi un tournant pour la discipline qui faisait ses débuts dans le circuit professionnel. Après, plus rien. Les nationaux vont traverser un long passage à vide.

Pas surprenant. Pour réussir dans ce type de challenge, l’athlète doit, en effet, bénéficier de l’appui des sponsors et donateurs. Sur place, il y a une carence réelle des managers capables de vendre ou présenter le « produit » auprès des promoteurs. Cette situation résume assez bien les difficultés à réussir une carrière professionnelle. Pour  les boxeurs, seul l’amour qu’ils ont pour ce noble art leur  permettra  de  garder un mince  espoir.  Avec un  peu de suivi, les jeunes boxeurs congolais  auront  assurément une raison supplémentaire de se positionner comme successeurs d’un ancien champion qui les a fait rêver du nom d’Anaclet Wamba.

Les Dépeches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 26/1/2023 | Cri du cœur
▶ 25/1/2023 | IRM
▶ 24/1/2023 | Hommage
▶ 23/1/2023 | Institut
▶ 21/1/2023 | Carte d'identité
▶ 19/1/2023 | Sécurité alimentaire
▶ 19/1/2023 | Sexy ou vulgaire ?
▶ 18/1/2023 | Passage à vide
▶ 18/1/2023 | Choix
▶ 16/1/2023 | Entrepreneuriat agricole