Trophées panafricains de l’excellence : 23 prix décernés aux méritants dans divers domaines

Jeudi 3 Décembre 2020 - 19:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La quatrième édition des prix Studio 210 a distingué vingt-trois méritants au cours d’une cérémonie organisée au Centre national de radio et télévision nationales.

 

L’innovation de cette quatrième édition est le désormais Prix BBS (Borgia Bouesso Samba) des Médias, a déclaré le promoteur de ces prix, Chevry Diazz. Et les vingt-trois lauréats sont les suivantes : Prix Kamite : Rama ne Kinda ; Prix Dialogue interreligieux : Futur sacré cœur Waka ; Prix Ekklesia : Apotre Richard Fylla Saint Eudes ; Prix du public : Ngakosso Obambé ; Prix Magna disputator : Bosco Ben Yosseph et Tata Mpu Mbilampassi ; Prix Ngangu (connaissance, savoir) : Diffrime Bassoungama et Jean Pierre Manzolo ; Prix spécial le livre du quinquennat : Le Vegastune ; Prix spécial Lemba (Paix et harmonie universelles) Saeed Ahmad ; Prix spécial pour l’évangélisation : Pasteur Serge Espérance Villa et Pasteur Ange Alouna ; Grand prix Eureka pour la bonne gouvernance : Anatole Collinet Makosso et Thierry Lezin Moungala ; Prix Elite : Luc Missidimbazi ; Prix Magna cultura : Ferréol Gassakys ; Prix promotion culturelle : Les Ateliers Sahm ; Prix Médias Innovation : Tsieleka Media ; Prix Médias Excellence BBS : Agence congolaise d’information (ACI) ; Prix Gospel : Artiste gospel : Crédo Malela, Groupe gospel : Les Bons bergers, d’excellence yimbila : Margarelle Kimbembe.

A l’issue de la remise des prix, Ferréol Gassakys, l’un des récipiendaires, s’est dit naturellement ému et très flatté de recevoir ce prix. « En réalité, j’ai compris que c’est le public qui a voté. Il a estimé que je rendais des services sympathiques, pertinents au niveau de la culture. En réalité, c’est un sentiment d’émotion, de joie. Le plan culturel étant notre domaine de prédilection, nous continuerons à se battre. En effet, c’est ce genre d’émulation qui nous encourage à faire encore plus », a-t-il  déclaré. Le récipiendaire a félicité aussi l’émission Studio 210 qui regorge des talents à travers des débats très instructifs, surtout que la période actuelle est celle de tentative de réappropriation de l’histoire africaine. « Il y a des témoignages ici qui sont tellement pertinents, j’en ai encore vécu tout à l’heure. Je pense qu’on doit encourager ce genre  d’émission et Chevry Diazz le fait très bien. J’ai beaucoup de respect et de déférence pour cette émission », a-t-il ajouté.

Willy Mbossa, directeur général de l’Agence congolaise d’information (ACI), a remercié les organisateurs pour l’obtention de ce prix d’excellence qui porte le nom d’un éminent journaliste, Borgia Bouesso Samba, un monsieur qui est parti à fleur de l’âge au moment où l’on ne s’y attendait pas, laissant derrière lui un travail inachevé. Ce que Borgia Bouesso Samba a fait est resté indélébile là où il évoluait et partout ailleurs, a souligné Willy Mbossa. « Imaginez-vous qu’aujourd’hui un prix d’excellence de cette envergure nous soit décerné au niveau de l’ACI, c’est un grand honneur et ça nous fera une référence et nous verrons de quelle manière multiplier les efforts pour qu’effectivement nous puissions être à la hauteur de ce qu’a été ce jeune cadre », a-t-il déclaré.

 

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Les lauréats posant à l’issue de la cérémonie (crédit photo/ ADIAC)

Notification: 

Non